Analyse de Serge, Comité du Haillan (33)

Publié le par comité NPA Loire Nord

REVOIR NOS STRATEGIES !!

 

L'accord entre notre parti le NPA et le Parti de Gauche PG est un événement positif. Pourquoi ?

 

La droite ?  Deux ans après son élection, Sarko peut en effet être satisfait !  La victoire (relative)  de l’UMP aux européennes, n’a fait que confirmer ce que beaucoup de militants savent déjà. Ni la contestation sociale, et encore moins la contestation politique, n’ont réellement entamé son crédit.

 

S’il y avait une élection présidentielle aujourd’hui en France, nul doute qu’il serait réélu sans problème. Mais c’est moins l’habileté du politicien qui est le résultat de cette situation que l’incapacité de ses adversaires (concurrents ?) à opposer une quelconque alternative. Pourquoi ?

 

A quelques nuances prés et faute de projet clairement identifié, les électeurs de gauche continuent de tourner en rond et à s’enthousiasmer un moment pour Ségoléne, un peu vers le catho Bayrou ou l’ex anar repenti Cohn Bendit, ou alors s’abstient massivement. Des camarades comme Olivier sont classés par les médias « premier oppositionnel à Sarko »  mais au bout du compte le résultat  depuis des années ?

 

Le NPA ? A titre d’exemple O.B est à 4,25 en 2002, à 4,08 en 2007 et le NPA est à 4,88 en 2009 aux européennes. Lutte Ouvrière quant à elle s’écroule et est en voie de disparition électorale.

 

Le Front national  fait un score de 40 % au premier tour  à une élection municipale dans le Nord  (avec 60,15 % de participation). La gauche de la gauche (le NPA) fait un score dérisoire  2,42% ; des ouvriers, des chômeurs ont voté massivement pour des fascistes c’est à dire ont ignoré totalement les partis comme le NPA qui aurait dû voir ces classes sociales frappées de plein fouet par la crise,  se tourner logiquement vers lui.  Ce qui veut dire dans ce cas comme dans le cas de Perpignan, (NPA/LO 2,46% avec une participation de 54%)  que la stratégie de la « gauche  de la gauche » est un échec dans les deux  cas !! Dans un cas un candidat UMP invalidé est réélu ! Dans l’autre, Le F.N a obtenu  le score record de plus de 48% au deuxième tour avec 62 % de votants. Ce qui démontre que le front  contre nature qui s’est créé entre partis de droite Socialos ripoux , Modem, PCF et la gauche de la gauche, a tout juste permis la non élection d’un facho mais n’a pas éteint l’incendie dans cette ville. 

 

Le mouvement social ; stagnation et échec encore plus flagrant en ce qui concerne le mouvement social. Les salariés et cela si on observe les journées de grèves ainsi que les mouvements sociaux,  ne croient plus dans l’immédiat à un « grand soir » social qui viendrait résoudre tout ou partie de leurs revendications. Les salariés ont été échaudés par la dernière expérience de la « gauche » au gouvernement (sinon au pouvoir) ils se rabattent sur des luttes défensives localisées, pétitions, manifestations et « grandes » journées d’actions.  Ce repli dans la combativité est évidemment exploité par les Confédérations syndicales qui n’ont même plus besoin de « casser » les mouvements puisque ces mouvements sont réticents à se lancer dans une aventure sans perspectives politiques conséquentes. Pas question de porter au gouvernement une gauche envers qui  les travailleurs n’ont plus confiance. Et ce n’est pas la faible implantation du NPA dans la classe ouvrière (notamment du privé) qui va changer le rapport des forces !!

 

La gauche de la gauche ? Jusqu’à présent  les antilibéraux ou les anticapitalistes ont surtout montré leur irresponsabilité et leur manque de volonté de se projeter en positif, car critiquer le capitalisme et surtout ses formes les plus brutales est une chose. Proposer une alternative crédible en est une autre.

 

Or, c’est d’une part d’un  manque de projet politique que nous souffrons et d’autre part c’est d’une division dont l’immense majorité des salariés n’en comprennent pas  la première cause.

 

Le capitalisme ne fait pas souvent d’erreurs et quand il en fait il nous les fait payer. Nous devons donc revoir notre stratégie de fond en comble afin qu’un projet alternatif devienne crédible car rien ne changera si chacun pense de son côté que sa stratégie est la bonne et n’aura de cesse de contraindre l’autre à s’y soumettre

 

L’accord  entre le NPA et le PG qui a été conclu il y a quelques jours est donc une première tentative de revenir à un peu plus de sérieux et de tenir compte de la situation sociale de millions de prolos qui attendent que ceux qui prétendent à une autre société s’en donnent enfin  les moyens.

 

C’est pour cela que certains camarades du NPA, qui se sont élevés sur des textes, contre ce début d’accord au nom d’une certaine « pureté » » révolutionnaire ,au nom de la conception de « parti des luttes » et sur des bases rappelant notre « tendre jeunesse »,se sont, à mon avis, trompés de siècle.

 

Nous  devons à la rentrée début septembre, sans attendre la fin de l’année, populariser massivement le contenu de cet accord avec le Parti de Gauche, ce qui nous servira à mettre les militants du Parti communiste devant leurs responsabilités. Soit l’Unité soit la division. Cela s’appelle la réponse du « berger à la bergère » et nous permettra enfin d’avancer et de donner un début  d’unité sur un « commencement de début de programme », aux travailleurs qui ne voient jusqu’ici que la division et l’inefficacité électorale et évidemment sociale, l’un n’allant pas sans l’autre !!

 

Mais évidemment à la lecture des résultats de l’élection d’Aix en Provence,( qui a vu la candidate  unitaire du PCF/NPA (et PG)obtenir difficilement un peu plus de 4% avec 56 % d’abstentions) on peut se poser la question de savoir si la stratégie unitaire suffira à renverser la vapeur pour la « gauche de gauche » !! Car une stratégie électorale unitaire dans des conditions stratégiques exceptionnelles (un candidat de droite invalidé et un PS allié au Modem au premier tour) à une élection partielle, ne suffit pas a renverser la vapeur de la division et du manque de perspectives nationales. Nous devons tous revoir nos politiques  et nos stratégies afin qu’elles soient compréhensibles et crédibles pour la majorité des travailleurs.

 

Serge Comité du Haillan Gironde

                                                                                  Le 13 Juillet 2009

Publié dans Débats NPA

Commenter cet article