Motion du comité NPA, Chartres, Eure et Loir.

Publié le par comité NPA Loire Nord

Les discussions unitaires en vue des élections régionales sont en train de semer le trouble dans le NPA. Sur la question de la participation aux exécutifs, nous sentons un changement de position de la part de la direction du NPA. D'autre part, il est souhaitable que le NPA ne soit pas taxer d'électoralisme. Si nous voulons des élus, ce n'est pas à n'importe quel prix.
Le CPN doit rapidement recentrer son positionnement politique et ses positions, préparer une conférence nationale du NPA début décembre qui permettra une consultation large des militants sur la stratégie et le programme. Cette conférence nationale sera un point d'appui pour mobiliser l'ensemble de l'organisation sur les bases de l'anticapitalisme et de l'indépendance vis à vis du PS.
Nous proposons de mener une campagne qui découle de cette campagne emploi sur le mot d'ordre général « Face à la crise sociale et écologique imposons des mesures d'urgence anticapitalistes ».
Ce programme se fera notamment sur les bases des points suivants :

  - Interdiction des licenciements et répartition du travail entre toutes et tous, en finir avec la précarité, transformation en CDI des contrats précaires.

 - Augmentation des revenus et salaires de 300 euros nets avec un minimum de 1500 euros nets en prenant sur les profits.

 - Défense des services publics, nationalisation de l'ensemble du secteur financier et création d'un service public     bancaire unique sous le contrôle des travailleurs et de la population.

 - Régularisation de tous les sans papiers, droit de vote à toutes les élections.

 - Egalité hommes/femmes.

 - Droits pour la jeunesse, pré-salaire d'autonomie.

 - Lutte contre le réchauffement climatique.

 - Arrêt des interventions militaires de la France en Afghanistan et en Afrique.

La campagne combinera des mots d'ordre d'ampleur nationale, en opposition à la politique de
Sarkozy et du patronat, avec des mots d'ordre adaptés au cadre des régions : arrêt de toute
subvention au secteur privé, aux entreprises et aux lycées privés, à la formation professionnelle
contrôlée par le patronat ; récupération des fonds publics versés aux entreprises qui ont licencié ;
développement des services publics et du logement social...
Tout ce qui ira dans le sens des intérêts des travailleurs sera soutenu par nous, mais sans cacher non
plus que certaines de nos propositions ne pourront guère être mises en oeuvre dans le cadre des
prérogatives des régions. Il faudra non seulement s'opposer à l'Etat et à sa légalité, mais imposer un
réel contrôle des travailleurs pour commencer à en voir le début de leur réalisation. Ainsi nos élus
n'agiront pas uniquement dans le cadre restrictif de la gestion régionale mais dans le cadre de la
construction d'un rapport de force général entre patronat et monde du travail.
C'est pourquoi, en lien avec les mobilisations, la campagne continuera d'expliquer que pour imposer
ces mesures d'urgences, il faut un mouvement d'ensemble capable de virer Sarkozy et le
gouvernement. Notre rôle est de préparer les conditions pour une grève générale qui déboucherait
sur un affrontement global avec le pouvoir. Nous devons chercher à développer systématiquement
les formes d'auto-organisation parmi les travailleurs et la population en lutte, comme les comités de
grève.
Une fois ce cadre national établi, le travail du CE et de la commission élue au CPN consistera en
lien avec les régions à décliner ce cadre général au niveau régional.

Publié dans Débats NPA

Commenter cet article