Infos du CE du 2 février 2010 n° 4 Spécial CPN

Publié le par comité NPA Loire Nord

Le Conseil Politique National (CPN) s’est tenu le week-end dernier (30 et 31 janvier 2010).
Un compte-rendu plus complet de ses travaux est en cours de réalisation.
En attendant,  voici les décisions, textes et documents qui ont donné lieu à un vote et ont été adoptés par le CPN


Sommaire
. Motion Retraites
. Motion Haïti
. Motion Sommet des Peuples
. Motion contre une loi sur la burqa
. Pour faciliter l'accès du NPA aux personnes en situation de handicap
. Election du secrétariat  Jeunes
. Calendrier


Motion Retraites

 La question des retraites va être la question sociale et politique centrale de cette année. C’est sur cette question que Sarkozy sera jugé par ses pairs sur la réussite de sa politique. L’enjeu est donc énorme pour eux comme pour le rapport de force.

Toutes les raisons sont bonnes pour que les patrons ne paient plus pour des salariés qui sont devenus inutiles à leurs profits. Si nous ne savons pas précisément ce que sera le contenu de cette nouvelle contre-réforme, les deux axes sur lesquels le gouvernement va s’atteler sont :
–L'augmentation de l'âge de départ à la retraite en repoussant l'âge légal (le plus visible) et /ou en augmentant le nombres de trimestres de cotisations pour percevoir une retraite à taux plein (le plus pernicieux), ce qui revient dans les faits les salariés à différer leur départ.
–Faire des économies de prestations en évaluant les retraites désormais sur l'ensemble de la carrière. L'espérance de vie à l'âge de la retraite serait désormais pris en compte. Cela consisterait donc à une baisse drastique des pensions et l'individualisation total du calcul des retraites.

Pour le NPA, la question des retraites n'est pas une question démographique mais une question décisive de la répartition des richesses, du partage du travail.
L'urgence est donc de  mobiliser le plus largement possible contre cette nouvelle contre-réforme, briser le tabou du consensus national et du diagnostic partagé et   non de se  situer d'emblée sur le terrain de la droite, comme les récentes déclarations  de Martine Aubry  ou des responsables de confédérations syndicales acceptant un possible recul de l'âge de la retraite et au nom de l’égalité public/privé, un alignement pas le bas. Ils accompagnent ainsi une réforme de la droite. 

Le NPA doit se saisir de cette nouvelle contre réforme pour animer centralement une campagne propre  avec du matériel spécifique : affiche, 4 pages, tracts. Ce matériel sera élaboré en lien avec la CILT et la commission santé-sécu-social. Un groupe de travail composé de membres de la CILT, de la commission santé-sécu-social et du Groupe de travail économique (GTE) est mis en place afin d’affiner nos revendications et argumentaires.
Il n’y a pas trop de retraité-es mais trop de chômeurs-ses. Il n’y a pas de problème de partage entre actifs/ves et retraité-es, mais entre salaires et profits.
Il faut prendre sur les profits pour défendre et améliorer les retraites pour toutes et tous : Retraite complète  sur la base du meilleur salaire après 37,5 annuités maximum, à 60 ans au plus tard et à 55 ans pour les travaux pénibles, pas une retraite inférieure à 1500 € nets.

Sur cette question c’est une véritable épreuve de force qu’il faut préparer, un mouvement d’ensemble, une mobilisation générale. Les directions des grandes confédérations ne préparent pas une telle mobilisation, il faut donc construire des outils. C’est le sens de la proposition du NPA d’une campagne unitaire nationale et locale rassemblant l’ensemble de la gauche politique et sociale (Attac, fondation Copernic…). Les militants du NPA doivent également être « le moteur » de la résistance dans les entreprises et sur l’ensemble des lieux de travail.

 


Motion Haïti

Solidarité avec Haïti : de l'aide pas d’occupation militaire !
 
 Le tremblement de terre survenu en Haïti le 12 janvier 2010 a retenti sur tout le pays, mais a touché en particulier la capitale Port-au-Prince et ses environs. Les dégâts humains (plus de 150000 morts) et matériels sont effroyables. La misère qui sévit depuis des décennies, des conditions de vie et de logement précaires, un régime policier qui méprise les besoins de la population et les précautions à prendre dans une zone de risque sismique ont amené à ce que cette catastrophe se solde par un si grand nombre de victimes.
Cette catastrophe n’est pas que « naturelle ». Elle est amplifiée par les conséquences sociales et économiques de la domination que les grandes puissances ont exercées et exercent encore sur Haïti.
Alors qu’Haïti a été la première colonie à abolir l’esclavage, à lutter et à obtenir son indépendance, les pays impérialistes, au premier chef la France et les Etats-Unis, lui ont fait payer chèrement cette émancipation.
Elle est devenue depuis longtemps un satellite de plus des Etats-Unis aux Caraïbes. En 1957, pour faire face à Cuba, et jusqu’en 1986, la dictature des Duvalier a soumis la population haïtienne aux dictats états-uniens et français et a alourdi considérablement la dette du pays.
Après la chute de la dictature, des réformes ont été tentées, avec un fort soutien populaire, mais vite stoppées par un premier coup d’état contre le président Aristide en 1991. Par la suite les USA ont accordé ou retiré leur soutien aux gouvernements successifs en fonction de leurs seuls intérêts.
En 2004, les Etats-Unis ont "délégué" leur domination militaire à la mission des nations unies de stabilisation d’Haïti (MINUSTAH), véritable force d’occupation des Nations Unies sous direction brésilienne, qui dès son arrivée, s’est illustrée par des meurtres et des violences en tous genres vis-à-vis de la population. Le programme économique appliqué a été similaire à celui des autres pays des Caraïbes. Faire de cette île une destination touristique et un atelier de textile avec une main d’œuvre docile et très bon marché.
La catastrophe actuelle entraîne un nouveau pas en avant dans cette politique de domination des Etats-Unis. Les médias ont véhiculé l’idée que pour prévenir du « chaos », des pillages et l’insécurité, il fallait une présence militaire massive. Ce sont plus de 20 000 GI’s qui ont été envoyés afin de contrôler la population ainsi que tous les moyens de circulation (mer, terre, air).
Cette occupation s’explique en partie par la stratégie de remilitarisation du continent latino-américain et des Caraïbes. Haïti est en effet situé entre le Venezuela et Cuba et est en face du Honduras (dont le coup d’Etat a permis de contrer la prise de distance du président renversé Zelaya avec les intérêts états-uniens). Cette occupation arrange bien au passage les entreprises d’armement, de sécurité et du bâtiment américaines.
Mais les témoignages venant d’Haïti montrent que si le centre du pouvoir haïtien est paralysé, on voit au contraire une très forte solidarité de la part de la population qui s’auto-organise, qui monte des campements et reconstruit le pays.
 
Il s’agit donc pour le NPA de répondre à cette double urgence :
- aider la population à travers ses organisations à reconstruire le pays
- exiger les moyens de cette reconstruction
Celle-ci ne peut se faire dans le cadre d’une occupation militaire. Les troupes d’occupation doivent partir, ce n’est pas de soldats mais de médecins, d’infirmiers, d’ingénieurs que ce pays a besoin !
L’ouverture des frontières doit être garantie pour apporter assistance et permettre la circulation des personnes.
La reconstruction d’Haïti ne peut être l’occasion d’augmenter la dette extérieure qui doit être entièrement annulée par les autres pays et les institutions comme la Banque Mondiale, le FMI et la Banque Interaméricaine de Développement.
La France, comme les Etats-Unis, ont une dette envers Haïti pour les pillages et exactions commis, l’équivalent de la fortune des Duvalier doit être restitué.
En France comme dans toutes ses colonies américaines ( Martinique, Guadeloupe et Guyane), tous les Haïtiens sans-papiers doivent être régularisés, plus aucun ne doit être maintenu en centre de rétention, le regroupement familial doit être garanti.
Enfin, le NPA souhaite s’associer à la solidarité concrète avec les secteurs ouvriers et populaires haïtiens. Pour cela, nous initions une campagne de soutien financier.
Le NPA engage une campagne de solidarité politique et financière avec les forces radicales et révolutionnaires qui luttent depuis longtemps en Haïti.
Nous apporterons une aide financière aux organisations ouvrières, paysannes et féministes qui s'efforcent de maintenir et d'accroître leur intervention dans  la situation actuelle. L'aide que nous apporterons sera utilisée sur place par des organisations et/ou des militants que nous connaissons.
Dans le secteur syndical et politique anticapitaliste, nous apporterons un soutien à Batay Ouvriyé, organisation "lutte de classe" qui a une implantation de plusieurs décennies en Haïti.  Nous apporterons aussi notre aide à des organisations féministes et d'éducation populaire avec lesquelles nos réseaux internationaux sont en contact.
Le CPN mandate le CE afin de mettre en place une équipe qui centralise cette campagne de soutien financier et de solidarité internationaliste.

 


Motion Sommet des peuples

Participation au sommet des peuples : Enlazando Alternativas  du 14 au 18 mai 2010 à Madrid
Entre le 17 et le 18 mai 2010, un sommet des chefs d’Etat d’Amérique latine-Caraïbes et de l’Union européenne va avoir lieu à Madrid. Son objectif est de mettre en place la stratégie de Lisbonne vis-à-vis de l'Amérique latine et des Caraïbes. Le NPA s’inscrit pleinement dans la campagne « Enlazando Alternativas » et l’organisation du 4éme sommet des peuples, qui se déroulera au même moment que celui des chefs d'Etats, du 14 au 18 mai 2010 à Madrid pour dénoncer la politique impérialiste de l’Union européenne, tisser des liens et construire des alternatives entre les mouvements sociaux européens et latino-américains. Il participe au comité d’initiative français qui a pour objectif de populariser unitairement cette échéance avec des initiatives organisées en France courant avril. Le NPA met en place un comité de campagne en son sein (composé de membres de différentes commissions thématiques et de militant-e-s intéressé-e-s). Il sort un matériel propre et porte lors de cette campagne une réflexion sur quelle alternative de société, quel socialisme du 21ème siècle, en plus de la dénonciation des traités de libre commerce et des accords d’association, de la politique migratoire et militaire de l’Union européenne.

 


Motion contre une loi sur la Burqa

 Le NPA exprime son opposition totale à un éventuel projet de loi ou de texte réglementaire  interdisant le port de la burqa.
Le NPA lutte contre toutes les formes d'oppression dont la burqa mais c'est d'abord en luttant   toutes ensembles pour le droit à disposer de leur corps que les femmes s'émancipent.

La mission parlementaire est à l'initiative d'André Gérin, député communiste du Rhône, qui est malheureusement bien connu pour ses prises de position en faveur de lois sécuritaires pour les mineurs et pour ses stigmatisations récurrentes à l'encontre des jeunes des quartiers.
Cette mission parlementaire a rendu ses conclusions en plein débat nauséabond, raciste et islamophobe sur l'identité nationale.
Ce débat lancé par le gouvernement a pour objectif en pleine période électorale la stigmatisation d'une partie de la population, notamment celle d'origine maghrébine et les personnes de confession musulmane.
Les partisans au gouvernement d'une loi contre la burqa se targuent de défendre les droits des femmes alors que  la  politique menée va à l'encontre de leurs droits :
- Le droit à l'avortement est de fait remis en cause par les velléités de supprimer les subventions au planning familial, et par la mise en place de la loi Bachelot dont une de conséquences est la fermeture de centres d'interruption volontaire de grossesse.
- Le droit à un véritable emploi, à une retraite complète, est lui aussi remis en cause avec les politiques libérales qui détruisent ou précarisent les emplois dans le privé,  suppriment les postes dans la fonction publique où les femmes sont majoritaires, alors qu'elles subissent particulièrement la précarité : temps partiel imposé, inégalités salariales.....
- Un manque de moyens criants pour développer un service public d'accueil des femmes victimes de violence.

Avec la mission parlementaire sur la burqa et  le débat sur l'identité nationale, le gouvernement cherche à détourner l'attention de sa politique libérale et capitaliste et les conséquences de celle-ci sur la population : licenciements, chômage, discrimination, accentuation des inégalités, en désignant comme principal bouc émissaire les musulmans et en cherchant à dresser une partie de la population contre une autre..

Le gouvernement ose invoquer la défense de la laïcité alors qu'il subventionne largement l'enseignement confessionnel privé avec l'argent public.

Le NPA luttera contre toute loi ou réglementation  interdisant le port de la burqa dans l'espace public qui interdira de fait à des femmes de circuler librement et les assignera à domicile.
 


Pour faciliter l'accès du NPA aux personnes en situation de handicap.

 Faisant le constat des difficultés que rencontrent les personnes handicapées à participer à la vie en société, le NPA doit, non seulement revendiquer des actions en faveur de la prise en compte des handicaps dans notre société pour parvenir à des droits égaux, mais aussi appliquer dès à présent cette prise en compte des handicaps au sein du parti.

Au terme de handicapé, il faut, pour se comprendre, y associer un sens commun. La définition
actuelle du terme peut se résumer à « désavantagé », le handicap étant le résultat des conséquences d'un état.
A partir de cette simple définition, on peut mieux comprendre la différence entre maladie et handicap : une personne handicapée n'est pas forcément malade, tout comme une personne malade n'est pas forcément handicapée. Le handicap est l'ensemble des désavantages qui en résultent dans notre société.
Les handicapés par définition se trouvent désavantagés par rapport aux autres, ce désavantage est le résultat des conséquences d'un état qui leur est propre mais indépendant de leur volonté. L'estime de soi est donc mise à l'épreuve puisque ce qui est mis en avant est que le désavantage est dû à eux, à ce qu'ils sont, à leur état et non à l'environnement.
A cela s'ajoutent les représentations sociales au sujet du handicap offrant à la personne en situation de handicap le reflet d'elle-même comme une personne ne pouvant parvenir à ses fins, ne pouvant participer à la vie sociale, comme étant un sujet énigmatique, marginal, moins performant que les autres et parfois dont le point de vue importe peu. Mais, les représentations sociales au sujet de la personne handicapée sont différentes selon les endroits et les époques.

Aujourd'hui, en France, après la mise en oeuvre d'une politique visant à rendre comme les autres la personne handicapée pour qu'elle s'adapte à la société (on emploie des techniques incroyables pour faire entendre des sourds ou les faire parler sans forcément tenir compte de leurs besoins psychologiques et éducatifs liés à leur jeune âge), on commence à comprendre que le sujet ne peut s'adapter que si l'environnement l'accepte. Mais on est encore très loin du but. Les lieux publics ne sont pas toujours accessibles, les rues sont rarement équipées pour les malvoyants, le sous-titrage reste exceptionnel, les discriminations sont toujours là, discriminations dans l'emploi, discriminations dans l'éducation, discriminations par rapport au droit au logement et d'autres encore.

L'investissement des personnes handicapées dans la vie politique est réduit par deux facteurs principaux, le premier étant la fragilité de l'estime de soi qui empêche bien souvent la personne handicapée d'affirmer son point de vue et de le confronter à celui des autres de peur de se voir remis en cause dans ses idées et de s'en retrouver encore plus fragilisée. Le deuxième correspond à la difficulté d'accès aux mêmes sources d'informations relatives à la construction d'un point de vue politique et à la participation active dans un parti.

C'est pourquoi les militant(e)s du NPA doivent être plus vigilant(e)s par rapport aux aménagements qui peuvent être proposés, ce qui permettra aux personnes handicapées de prendre de l'assurance et de participer plus à la vie politique.

La commission handicap travaille sur une charte qu'elle proposera au NPA de signer pour qu'il s'engage à faciliter le militantisme des personnes en situation de handicap en proposant un certain nombre d'actions à mettre en oeuvre.
Aujourd'hui, la mise en place de ces actions au NPA est très facultative, très secondaire, il est vrai que nous avons beaucoup de choses à faire, c'est pourquoi nous devons nous imposer, dans la mesure du possible, de prendre en compte les handicaps.

En signant une charte, le NPA rappellera à ses militant(e)s la place qui doit être accordée aux personnes en situation de handicap au sein de la société et d'un parti ainsi que la nécessité de leur faciliter l'accès, de telle sorte que ces personnes ne rencontrent pas de conditions d'accès plus difficiles que n'importe quel autre militant.

On peut détailler les champs qui posent des problèmes aujourd'hui et auxquels le NPA pourrait sans trop de difficulté proposer des solutions.

Réunions: réunions comité, réunions publiques, réunions formation, réunions nationales :
commissions, CPN, meeting, congrès, formation dont l'université d'été.
Documents: TEAN, sites et web TV, textes soumis au vote, textes produits par les commissions, documents d'information (dont le programme de l'université d'été). Mais aussi les vidéos, radios et textes locaux.

La charte établira une liste d'actions à réaliser en ce sens.

 



Election du secrétariat jeunes 2009 – 2010

Pour rappel : voici la liste du secrétariat national jeune adopté à la conférence nationale jeune des 17 et 18 octobre que nous doit être ratifié par le CPN.

 (Certains membres ont été élus en binômes, c’est-à-dire qu’ils assisteront en alternance aux réunions de secrétariat, ce système permet à plus de camarades d’être associer aux travaux du secrétariat sans alourdir le nombre de gens assistant à la réunion, ainsi que de soulager des camarades qui ne peuvent pas assister à toutes les réunions.)
 
Aix-Marseille : Marthe
Amiens : Maïa
Besançon : en alternance - Benoît/Antoine
Bordeaux : en alternance Thibaud/Pavel + Pauline
Caen : en alternance - Benjamin/Vincent
Clermont : en alternance - Florent/Gaspard
Dijon : en alternance - Julien/Romuald
Grenoble : en alternance - Etienne/Abel
Le Mans : en alternance - Benko/Pauline et  Clémence/Manu
Limoges : en alternance - Kévin/Zoé
Lyon : en alternance - Antonin/Caroline
Nancy/Est : en alternance - JB/Mathias et Morand/Violaine
Nantes : en alternance - Gildas/Titouan
Nord pas de Calais : Damien + Ameline
Perpignan : en alternance - Quentin/leïla
Quimper : en alternance - Camille/Tanguy

Région Parisienne : en alternance - JB/Dimitri et  Caroline/Mathilde et Suzanne/Julien et Mina/Hichem et  Elsa P8/Fanny et  Elsa P1/Harry et Agathe/Lucien et Goulven/John et Stan/Manon et Cécile/Mathias, Morgane/Lucie
Région Parisienne / Rouen : en alternance Margaux (Paris) / Rafa (Rouen)
Reims : en alternance - Mathieu/Damien
Rennes : en alternance -Jules/Grégoire ; Yohann/Pierrick
Rouen / Le Havre : en alternance - Anne Laure/Foivos
Strasbourg / Mulhouse : en alternance - Siard/Sarah
Toulouse : en alternance - François/Pauline et Côme/Neva et Florian/Robin
Tours : en alternance - Emilien/Rachel
Vosges : en alternance - Aurélien/Steven

 


Calendrier CPN et congrès national

Le CPN a adopté le calendrier suivant en ce qui concerne ses réunions et la tenue du congrès national du NPA

27 et 28 mars : CPN

29-30 mai : CPN

25 au 28 août (Université d’été) : réunion des camarades du CPN présent-e-s

18-19 septembre : CPN

11 au 14 novembre : congrès national NPA

Publié dans Comité Exécutif

Commenter cet article