Déclaration du collectif d’animation du Courant « Convergences et Alternative » à l’issue de la consultation du NPA sur les élections régionales.

Publié le par comité NPA Loire Nord

Cette déclaration fait suite aux résultats de la consultation. Elle s’adresse aux militant-e-s du NPA, et au CPN qui se réunira le 13 décembre. Elle fait la proposition, pour sortir de la situation créée par l’absence de majorité, et pour que le NPA reste un parti acceptant le pluralisme et la confrontation des projets, que soit admise une large autonomie
d’expérimentation.
Ces propositions et les choix que fera le courant « Convergences et Alternative » seront débattus lors de l’assemblée nationale du courant le 19 et 20 décembre.

Le collectif d’animation en Ile de France


Un accord national était à portée de la main. Pour s’unir face à la politique de Sarkozy, rassembler une gauche de gauche offrant une alternative aux politiques d’acceptation du libéralisme et aux alliances avec le Modem, répondre à l’attente des électeur-trice-s et des militant-e-s des mouvements sociaux qui attendent un sursaut d’unité.
Le NPA aurait dû prendre la place qui était la sienne dans le rassemblement électoral national qui se met sur pied pour les régionales, avec le Front de gauche, la FASE, les Alternatifs, le PCOF, le FSQP…
Sa présence aurait renforcé une dynamique nationale mobilisatrice et une garantie de clarté politique. Mais après quatre mois de discussion qui avaient permis des avancées significatives et suscité un espoir justifié, la majorité de la direction du NPA a fait machine arrière. Les débats avaient acté la nécessité de proposer « un débouché politique aux luttes », des points d’accord existaient, permettant de faire une campagne au premier tour (indépendance face aux listes du PS, fusion pour battre la droite, à l’exclusion du Modem).
Les positions différentes sur la participation aux exécutifs (qui ne peuvent se poser que si une dynamique est déclenchée) sont venues au premier plan. Le NPA a posé à ses partenaires l’exigence globale de non-participation à des directions de région, quand le PS ou Europe Ecologie sont en tête. Non pas comme une position du NPA, mais
comme une position exigée de toute la coalition. En refusant de faire un pas sur cette question, on considérait donc comme insignifiantes les convergences sur l’indépendance au premier tour face aux listes PS ou Europe Ecologie. Aucun des partenaires nationaux ne l’a suivi sur ce terrain et le NPA s’est retrouvé isolé. Il ne sera donc pas partie prenante de la coalition unitaire nationale, cadre pourtant indispensable pour faciliter des accords régionaux, et ce n’est pas une bonne nouvelle pour tous ceux qui cherchent à construire un troisième pôle de la gauche, face au PS et à
Région Ecologie.
La consultation des militant-e-s n’a pas inversé ce choix de la direction nationale, même si elle laisse ouverte la possibilité d’accords unitaires en région. Il n’y a pas de majorité.
La position A, que défendait la majorité de la direction, n’a obtenu que 36,3 %. La position B, avec 28,5 % témoigne d’un courant qui considère les élections comme le moyen d’une affirmation identitaire du parti. La position C, que nous avons soutenue avec bien d’autres militant-e-s, obtient 31,5 %, un nombre de votes très significatif. Elle est majoritaire dans plusieurs régions ou départements.
Cela témoigne d’une forte volonté unitaire partagée au sein du NPA, et d’un refus de s’enfermer dans un isolement croissant.
Dans ces conditions, où le NPA est divisé entre trois options, il est légitime que les militant-e-s du NPA qui ont affirmé leur volonté d’agir dans un cadre unitaire puissent l’expérimenter et le mettre en oeuvre, partout où c’est possible. L’enjeu est trop important pour que les forces militantes que représentent les « unitaires » du NPA se dispersent et renoncent à apporter leur énergie au rassemblement en cours.
Il faudra bien que le NPA admette que les militant-e-s et les comités qui le souhaitent, au niveau des régions, des départements, des villes, puissent continuer à participer au rassemblement unitaire ou à le soutenir, cherchant à conclure des accords locaux quand c’est possible, selon des modalités qu’elles et ils doivent pouvoir discuter localement. A condition que soit garantie leur liberté de vote et de décisions s’elles et ils sont élus dans le cadre d’une coalition, la présence de militants unitaires du NPA, faisant valoir l’expression de leur identité propre dans le
rassemblement, permettra d’apporter à celui-ci la contribution qui aurait du être celle du NPA tout entier. En défendant les axes essentiels d’un programme alternatif dans les régions, elles et ils pourront être porteurs de la nécessité de collectifs unitaires les plus larges, pour faire du rassemblement une affaire populaire associant les forces militantes et les propositions les plus diverses, syndicales, associatives, citoyennes.
Le NPA devrait donc laisser une large autonomie d’expérimentation à ses comités et à ses militant-e-s, même si cela entraîne des campagnes différentes selon les endroits. Il y va de l’avenir du NPA comme parti acceptant le pluralisme et la confrontation des projets. C’est à ce prix que tou-te-s les militant-e-s pourront continuer ensemble le débat qui les partage :
construisons-nous un outil utile pour un rassemblement large et pluraliste, agissant pour une recomposition à gauche, ou prétendons nous représenter, à nous seuls, le creuset de l’alternative politique dont notre camp social a besoin ? Le bilan des Européennes, celui des expériences qui seront menées aux Régionales, mais aussi l’éclairage qu’apportent les rassemblements des Gauches anticapitalistes en Europe, seront au coeur du débat du futur congrès du NPA : re-fonder le projet initial d’une nouvelle force anticapitaliste pluraliste, ou se refermer sur un projet limité
aux forces de l’extrême-gauche.
Le courant « Convergences et Alternative » tiendra une réunion nationale les 19 et 20 décembre.
Le collectif d’animation proposera qu’il décide, tout en continuant à agir et à débattre dans le NPA, des modalités de sa présence au sein des cadres unitaires qui se créent lors de ces régionales, afin de faciliter les débuts du rassemblement indispensable et ne pas abandonner l’espoir que les forces rassemblées dans le NPA y prennent toute leur place.

Le collectif d’animation du courant « Convergences et Alternative »
Le 7 décembre 2009

Publié dans Régionales 2010

Commenter cet article