Déclaration de membres de la position C

Publié le par comité NPA Loire Nord

Déclaration de membres de la position C
ne se reconnaissant pas dans ce que propose l’équipe d’animation de Convergences et alternative.

Aguirre (CPN 75), Alain Laffont (63), Christian Nguyen (CPN 23), Christine (44), Fanny Puel (CPN, 37), Fanny (CPN, 75), Flavia (CPN 75), Gilbert Guedon (CPN 84), Helène Adam (94), Jean Malifaud (75),  Jeremy Sinigalia, Julie (CPN 94), Mireille (CPN 26), Monique Migneau (CPN 94), Olive (94), Omar (CPN 95), Philippe (CPN 75), Roxanne (CPN 75), Thomas (CPN 43).

La consultation qui vient de se terminer au sein du NPA s’est déroulée sereinement. C’est donc un véritable point d’appui pour nos débats futurs : elle a permis à toutes les militantes et tous les militants du NPA de s’approprier les enjeux concernant les régionales et de se positionner. Ces moments de discussion ont montré qu’il y avait du débat dans le NPA et que chacun-e avait une place pour défendre son orientation.

Cette consultation, et les débats qu’elle a suscités, ont montré qu’il y avait un véritable écho pour l’aspiration unitaire et ce, bien au-delà de la position C. Même si une aspiration plus identitaire s’est affirmée par le biais de la position B (qu’on ne saurait d’ailleurs résumer à du sectarisme), il n’en reste pas moins que les militants du NPA, majoritairement, souhaitent un parti ouvert et large.

Pour autant, à l’issue de cette consultation, aucune position n’est véritablement majoritaire. Il s’agit alors d’acter cette situation et de tenter partout où cela est possible de constituer des listes unitaires, étant entendu que là où cela échoue, le NPA se présentera seul.

Pourtant, dans ce contexte, l'équipe d’animation du courant Convergences et alternative   a choisi d’écrire une déclaration
- sans en informer les membres de la position C avec lesquels elle fonctionne pourtant depuis le dernier CPN.
- sans consulter les membres de son propre courant et sans attendre les 19 et 20 décembre, date de la réunion de leur courant.
- sans même attendre les échanges et conclusions du CPN qui se réunit à la fin de la semaine.

Dans cette déclaration qu’ils ont choisi de rendre publique, les membres de l’équipe d’animation de Convergence et alternative proposent que ceux qui le désirent puissent rejoindre des listes du front de gauche, arguant de l’auto-expérimentation des comités et des militants. Cette position pourrait donc conduire à deux listes concurrentes dans certaines régions, animées par des militants du NPA.

Nous sommes en total désaccord avec cette position. La position C ne défendait pas le ralliement aux « listes unitaires » et encore moins l’idée de rejoindre les rangs du front de gauche ! Elle souhaitait que NPA retourne dans les réunions unitaires pour défendre un accord unitaire sur la base de conditions politiques :
+ fusion démocratique et refus de participer à des exécutifs menant des politiques contradictoires avec les exigences défendues pendant la campagne ;
+ mesures de rupture réelle avec la politique libérale illustrant une claire alternative au PS et à Europe Ecologie ;
+ liberté pour chaque composante de participer ou non à un exécutif avec le PS et Europe Ecologie;
+ protocole d’accord technique garantissant à chacune des composantes d’être représentée dans les conseils régionaux en fonction de sa réalité en cas de fusion.

Nous regrettons que le NPA n’ait pas repris ces propositions dans les rencontres unitaires, mais la proposition de l’équipe d’animation du courant Convergences et alternative est contradictoire avec le texte de la position C.
On ne peut proposer aux militant-e-s dans le texte de la plateforme C d’« Acter qu’une participation à des exécutifs, qui ne peut être envisagée avec le Modem  ou si les dits exécutifs envisagent une politique contradictoire à l’orientation défendue par les listes unitaires au premier tour, sera discutée au soir du deuxième tour. » et se rallier ensuite à des partis qui refusent de s’engager à ne pas rejoindre des exécutifs menant une politique contradictoire avec celle qu’ils ont défendue au premier tour.

En votant la position C, c'est-à-dire une unité négociée et conditionnée, 31,5 % des militants du NPA se sont prononcés pour rechercher un accord sur des bases qui soient claires et acceptables par tous ; ils ne se sont pas prononcés pour aller sur les listes de celui-ci. Personne ne peut se prévaloir du vote de 31,5 % des militant-e-s pour justifier une telle decision.

Nous actons donc cette nouvelle donne et continuons de défendre le projet de listes unitaires pour les régionales et, au-delà, celui d’un NPA large, moteur dans la recomposition en cours.

Publié dans Régionales 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article