Liberté sans condition pour Salah Hamouri !

Publié le par comité NPA Loire Nord

Salah Hamouri risque aujourd’hui l’extradition.

Jeune franco-palestinien de Jérusalem-Est occupée, condamné sans preuve pour une intention d’attentat qu’il n’a jamais eue, Salah Hamouri risque aujourd’hui d’être expulsé vers la France.

Depuis plus de quatre ans, Salah Hamouri, 24 ans, croupit dans une prison israélienne

Selon la « loi » israélienne concernant les tribunaux militaires, aucune « remise de peine » ne peut intervenir avant les deux tiers de la peine exécutée – soit en juillet prochain pour Salah qui a été condamné à 7 ans de prison.

Or, des éléments qui nous parviennent nous amènent à considérer avec gravité qu’une telle demande de remise de peine risque fort d’aboutir non pas à la libération mais à l’extradition de Salah, à son bannissement, et donc à une interdiction à vie pour lui de retourner vivre avec les siens à Jérusalem-Est occupée.

Cette perspective inacceptable ne serait pas le seul résultat du changement du gouvernement en Israël. Elle signerait la responsabilité des autorités françaises qui se sont refusé à donner suite à nos demandes, paralysées qu’elles étaient à ne suivre que les vues de la force d’occupation israélienne au lieu de placer au dessus de tout la défense de la liberté d’un franco-palestinien victime de cette occupation. C’est cette dernière qui devrait formellement être condamnée et non pas Salah.

 

Salah Hamouri a été condamné par un tribunal militaire israélien installé en Cisjordanie occupée. Ce tribunal est illégal en son principe, ce qui devrait suffire à invalider cette condamnation aux yeux de la France.

 

Cette situation que nous n’avons jamais acceptée est aujourd’hui à un moment crucial. Il peut et doit être libéré et retourner vivre chez lui à Jérusalem.

 

C’est pourquoi, considérant les derniers développements évoqués, nous appelons à redoubler d’efforts, partout en France, pour que la double exigence que porte le mouvement en sa faveur soit enfin admise par les autorités françaises, en premier lieu par le Chef de l’Etat.

 

1. Que les parents de Salah Hamouri, franco-palestinien, soient reçus à l’Elysée comme l’ont été toutes les familles dont l’une ou l’une des leurs étaient dans des situations difficiles à l’étranger. Toutes ont été reçues sauf une : la famille de Salah Hamouri que le Président refuse obstinément de recevoir. Elle doit être reçue à l’Elysée comme toutes les autres. Cette rupture d’égalité, contraire aux fondements de notre République, n’est pas acceptable.

 

2. Devant les éléments rappelés au début, l’exigence d’obtenir sa libération pure et simple est incontournable, ce qui suppose une réelle action des autorités françaises qui ne manquent pas de moyens pour l’obtenir.      

 

En conséquence, devant le danger évoqué d’une extradition de Salah en lieu et place de sa libération, possible et nécessaire, nous appelons à des rassemblements, des délégations, des initiatives multiples pour tout à la fois continuer à faire connaître le « cas » de notre jeune compatriote et pour faire aboutir la double exigence du « Comité national de soutien à Salah Hamouri ».

 

Il n’y a pas une minute à perdre. Il y a urgence.

 

Que de partout, dans la diversité du rassemblement opéré, des initiatives multiples, larges et efficaces soient envisagées.

 

Nous ne laisserons pas Salah et sa famille dévorés et broyés par une justice militaire d’occupation aux ordres du pouvoir israélien. Nous ne pouvons admettre en conscience que les simples règles du droit ne soient pas appliquées par Israël et ne soient pas exigées par la France pour un citoyen français, égal aux autres.   

 

 

 

Jean-Claude Lefort

Coordinateur

Comité national de soutien

Le 23 mai 2009       


Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article