Oullins 16 01 10 2ème partie

Publié le par comité NPA Loire Nord

Deuxième partie de la journée

DE LA DEMOCRATIE DANS LE SOCIALISME DU 21ème siècle

 

                                                                                  

1. REFERENCES

Textes fondateurs

P 6              démocratie des producteurs

P13             construire une organisation vivante, démocratique

P16/17        1 parti démocratique à l’image de notre projet

P21/22        urgence démocratique

Documents annexes

« De la démocratie … dans le socialisme du 21ème siècle (Jaen BOYER – 30)

« Systèmes de vote » (Renaud – comité Ambérieu 01)

« Contribution pour la journée de travail : démocratie et fonctionnement (Sophie NORTON 54)

 

 

2 . ANALYSE DU TEXTE de Jaèn « De la démocratie … dans le socialisme du 21ème siècle »

 

Les textes fondateurs précisent que démocratie, dans notre projet de société : Auto-organisation, Autogestion et contrôle par salarié(e)s et citoyen(ne)s

 

Le contrôle ne se fera-t-il que par le vote ?

 

La démocratie totale suppose que les femmes aient la même place que les hommes. Ce n'est pas le cas, même dans le npa.

 

 

3 . DEBAT

Sont intervenus : Alain(73) – Didier(01) – Florence(69) – Gilbert (84) – Monique (69) – Pierre (69) – Renaud (01) – Sandrine (69) – Sophie (34)

 

31 . AUTOGESTION 

 

La production sous contrôle ouvrier chez PHILIPS EGP DREUX, fonctionne depuis le 10/01/2010. La direction générale, en Hollande, laissera-t-elle faire longtemps ?

 

En 1960, chez LIP, l’autogestion a duré un temps car LIP était en liquidation judiciaire.

 

L’autogestion est l’objet de luttes parce qu’elle sous-tend des objectifs anticapitalistes.

Lors des délocalisations, les ouvriers ne peuvent pas s’emparer des biens à cause du rôle néfaste de la bureaucratie syndicale.

 

Ce sont seulement des expériences de luttes et d’autogestion qui s’arrêtent avec les luttes.

 

L’autogestion a pu se développer an Amérique du Sud.

 

Au NPA, les militants sont issus de traditions différentes : marxistes, socialistes, révolutionnaires, anarchistes… On ne peut donc prôner brutalement l’autogestion : c’est un concept à travailler pour aboutir à un consensus.

La planification a déjà fonctionné : en France planification du conseil de la résistance mais CHIRAC a supprimé le ministère du plan. En URSS au profit du Kapitalisme d'Etat.

 

Les grands domaines ne doivent pas être dépendants des politiques à court terme (ex : la Santé, l'eau, l'énergie, l'éducation . Voir par exemple les enseignants et diverses réformes de l’enseignement selon les politiques des gouvernements successifs).

 

 

32 . Les SCOP et autres formes d'autogestion

 

En Belgique, en Ardèche, existent des SCOP (sociétés coopératives ouvrières). La verrerie d’Albi soutenue par Jaurès,  En Ardèche, une scierie fonctionne en collectif autogéré.

Le rôle des coopératives est intéressant mais a ses limites. La distribution des entreprises autogérées se heurte à la distribution en général.

Le groupe de coopératives FAGOR est une multinationale qui délocalise à l’est comme les autres entreprises.

Les coopératives décident des baisses de salaires et des licenciements des salariés dans d’autres pays que la France.

Dans la société capitaliste, les coopératives financent les banques.

Il existe une différence entre coopérative ouvrière et une utopie politique.

Nous ne savons que très peu sur ce domaine… des stages NPA seraient bienvenus.

 

 

33 . Démocratie et autogestion dans le npa

 

Dans le Rhône : En septembre a été fait un bilan de fonctionnement. Le but était de construire le parti sans rejeter les idées nouvelles en politique. Après un débat tenace, la coordination fait un tour des comités. Donc les problèmes sont abordés.

Des assemblées générales brassent les débats des comités mais des résistances se font four (on s’ennuie quand on fait le tour des comités).

Alors, comment expliquer l’autogestion ? Il existe un décalage entre la pratique et les textes.

 

Dans le 84 : Le débat , pour faire vivre le NPA, a amené à une rotation tous les 6 mois à la coordination départementale, Mais actuellement notre exécutif est bloqué.

 

 

Au sein du NPA, La question c’est de s’emparer des textes et des mots.

 

Un des problèmes du NPA est qu’il soit "le parti d’Olivier BESANCENOT".

           BESANCENOT est une figure médiatique du NPA. 

          Excellent  orateur. Des sondages récents le placent parmi

          les hommes  politiques les plus populaires.

          Il doit, néanmoins, être un militant comme les autres du NPA.

 

Le NPA relève du socialisme démocratique : il permet les discussions, mais peu de débats. Il faut plus de règles communes pour plus de démocratie.

Le CPN peut être aidé par les comités et les commissions pour préparer les textes à débattre, sur lesquels chercher des consensus et à voter in fine.

L’information est trop diffuse. Il faut donc expérimenter de nouvelles voies de communication.

 

Dans le NPA, il est dommageable qu’une tradition ait plus de pouvoir que les autres.  On ne peut avoir un projet fini maintenant.

 

Le principe de rotation est très important parce qu’il responsabilise. Pourquoi n'est-il pas mis en œuvre au CE ?

Le problème principal est que l’on ne parle pas assez de politique sauf dans les comités. Ailleurs, on parle uniquement stratégie, tactique.

Il serait bon de prolonger  ce qui existait avant le NPA (CAN)

 

Au CPN, il existe une différence entre ce qu’on veut et ce qu’on voit .

Il faut utiliser plus souvent la méthode de la votation (comme pour les régionales, méthode qui n’a pas amené de luttes fratricides dans les comités !), puis rechercher un consensus (même un peu mou !).

 

Dans les départements, le fonctionnement du CPN et du CE, à propos de la motion B, a permis un débat sur les 3 courants.

 

34 . mode de scrutin et régionales

 

Aux élections régionales, le 84 a une liste mais sans instances politiques.

Il est, par exemple, difficile alors de répondre à la définition d’autogestion.

 

En ce qui concerne les élections régionales, ce n’est pas en gérant les régions que le système deviendra égalitaire.

 

Le mode de scrutin n’est qu’une partie d’un processus décisionnel. Où sont les recherches de consensus préalables au vote. Chaque décision nécessite une consultation. Le scrutin uninominal (un nom sur un bulletin) n’est pas forcément le seul.

On peut expérimenter d’autres possibilités de scrutin.

 

 

35 . Prospective

 

La définition de notre projet aura une influence sur notre pratique et nos fonctionnements.

 

La démocratie ne se pose pas dans la société comme dans un parti.

 

Dans les textes fondateurs, on trouve des pistes : formation, projets historiques. Il faut travailler ces questions.

 

La création d’une commission "pour unifier la gauche radicale" paraît nécessaire.

 

On pourrait penser à un projet d’auto-organisation qui développe la démocratie syndicalo-politique.

Nous devons réfléchir à la sacro-sainte division entre activités syndicales et activités politiques. Cela a-t-il encore du sens ?

 

Il faut que toutes et tous s’impliquent et s’organisent eux-mêmes.

On a besoin d’une culture commune pour avancer ensemble.

Les divisions sont tactiques : sont-elles donc politiques ?

 

Enfin, le NPA doit être exemplaire en démocratie; en lien avec la société que nous voulons.

Commenter cet article