Déclaration de la position B

Publié le par comité NPA Loire Nord

Position B

Mercredi 9 décembre 2009

Ensemble, remobiliser le parti autour de la campagne du NPA

A l’issue de cette consultation de l’ensemble des camarades du NPA, il n’y a que 300 voix d’écart qui séparent la position A et la position B.

C’est un message très fort qui vient d’être exprimé et qui doit être entendu : face à la crise du capitalisme, le NPA doit s’adresser en priorité aux travailleurs et à la jeunesse, en particulier à toutes celles et tous ceux qui sont bien décidées à ne pas subir le prix de cette crise pour y défendre des perspectives d’unité et de convergence dans les luttes. Il n’y aura pas de raccourci sur le terrain électoral.

Et si nous nous adressons aux autres forces politiques à la gauche du PS, cela doit être sur des bases anticapitalistes.

C’était le sens de la résolution votée à une très large majorité lors du CPN de juin sur les régionales : « une proposition de rassemblement autour d’un programme anticapitaliste portant les exigences des travailleurs et des classes populaires face à la crise, en particulier l’interdiction des licenciements ».

C’est aussi en ce sens que se sont exprimés beaucoup de camarades qui ont voté pour la position A lors de cette consultation, avec le même souci au-delà de la discussion électorale de défendre un programme anticapitaliste et de proposer une alternative politique indépendante de ceux qui acceptent de gérer le système. C’est ce qui devrait nous permettre de sortir des discussions de tactique électorale, en renouant avec nos principes fondateurs.

Mais cela implique de faire des choix. On ne peut pas continuer à négocier dans les régions sur les bases de ce qui a échoué nationalement.

Alors que pendant 5 mois, le NPA a défendu l’idée d’un accord national dans les régions, des négociations continuent avec les partis du Front de gauche comme si de rien n’était. En Languedoc-Roussillon, c’est l’intégralité du programme et des positionnements du Front de gauche qui est repris par le NPA sous prétexte d’unité contre Frêche. C’est aussi le cas en Champagne-Ardenne avec le PG, mais sans Frêche… Dans d’autres régions, il n’y a certes pas la même dérive mais on ne sort guère de la logique consistant à présenter un programme destiné à être mis en œuvre dans le cadre exclusif des compétences régionales, déconnecté de notre programme pour les luttes, de la crise et des rapports de force globaux auxquels sont confrontés les classes populaires. Comme si les attaques contre les travailleurs et la jeunesse se limitaient à un cadre régional et ne pouvaient être combattues que dans le cadre des institutions.

Il est pourtant possible de sortir ensemble de cette impasse et mener une campagne nationale qui articule revendications nationales et régionales tout en expliquant la nécessité d’un mouvement d’ensemble et d’une réelle convergence des luttes pour les imposer.

Mais il faut pour cela entendre et respecter ce qui s’est exprimé lors de cette consultation nationale avec le vote en faveur de la position B. Ensemble, démarrons notre campagne nationale sur des bases clairement anticapitalistes, redonnons un nouvel élan à notre parti, un parti en rupture avec le capitalisme et ses institutions, pour la transformation révolutionnaire de la société.

 

Alex (CPN-76), Armelle (CPN-92N), Caroline (CE-92N), Dominique (CE-25), Gaël (CPN-92N), Jacques (CE-68), Jean-François (CPN-93), Mathilde (CE-92N), Virginie (CPN-75)

Publié dans Régionales 2010

Commenter cet article