Information sur les invitations syndicales à l'Université d'été.

Publié le par comité NPA Loire Nord

Comme vous pouvez le constater en consultant le programme de l'Université d'été (sur le site : www.npa2009.org/) est programmé un débat sur le thème :
Quelle rentrée sociale ?
Avec Annick Coupé (Solidaires) et Gérard Aschieri (FSU), animé par Christine Poupin et Sandra Demarcq (NPA)
Parmi les "absences remarquées" - et dont la presse se fera vraisemblablement l'écho prochainement - il y a celle de la CGT.

Quelques précisions, donc :


Pour l'Université d'Eté nous avons sollicité l'ensemble des organisation syndicales afin d'organiser un débat autour de "quelle stratégie pour les luttes".

Nous avons reçu pour l'instant deux réponses positives, de Solidaires et de la FSU.

Rien encore du côté de la CFDT et de FO.

Nous avons également reçu la lettre ci après de la CGT (*) qui décline notre invitation.

Nous ne pensons pas que la priorité du moment soit de s'opposer aux syndicats. Nos adversaires résolus restent le patronat et son gouvernement.
Mais nous avons cependant des divergences réelles avec l'orientation prise par la direction confédérale de la CGT sur les taches du moment pour organiser, sur le terrain de la lutte des classes une riposte à la hauteur des attaques, mais rien n'empêche de débattre. Au contraire.

Regrettant cette réponse de leur part, nous leur avons envoyé une nouvelle lettre leur disant qu'au vu du contenu de leur réponse il nous semblait important de discuter avec eux sur le fond, dès septembre.


(*) La lettre de la CGT

NPA
Madame Sandra DEMARCQ
2, rue Richard Lenoir
93100 MONTREUIL


Montreuil, le 10 juillet 2009

Chers Camarades,

Vous avez sollicité la CGT , par l’intermédiaire de Maryse DUMAS, pour participer à un débat intitulé « quelles stratégies pour les luttes » organisé lors des universités d’été du NPA le 26 août prochain.

Nous vous remercions pour cette invitation que nous sommes conduits à décliner.

La CGT, vous ne l’ignorez pas, est ouverte à tous les débats et initiatives visant à élargir les rapports de force, à permettre aux salariés, retraités, chômeurs d’intervenir massivement pour améliorer leur situation.

Dans ce cadre, la confrontation des points de vue, des analyses avec les partis politiques, les associations peut être très utile.

La CGT n’est ni indifférente, ni neutre vis-à-vis des grands débats qui traversent la société. Elle y prend part à partir de ses préoccupations de syndicat qui ambitionne, quelle que soit la nature du pouvoir politique, de permettre aux salariés de se défendre et de conquérir des droits et une place les rendant acteurs des transformations sociales.

C’est pour cela que nous réaffirmons la nécessité de l’indépendance et de l’autonomie de la démarche syndicale, du respect de la démocratie syndicale et des diversités d’opinions des syndiqués.

Nous prétendons à un syndicalisme toujours mieux reconnu comme acteur à part entière qui ne soit pas subordonné à la stratégie et aux objectifs de quelque parti que ce soit.

La CGT est disponible pour des rapports d’organisation à organisation avec les partis politiques démocratiques, fondés sur le respect mutuel des prérogatives de chacun. La CGT attend d’eux qu’ils respectent son autonomie d’analyse, de propositions et d’actions.

Or, dans l’imposante mobilisation sociale de ces derniers mois, nous avons pu distinguer au moins deux attitudes chez les partis s’affirmant aux côtés des salariés et favorables à leurs revendications.
…/…

La première et la plus répandue consiste à reconnaître la mission et les responsabilités particulières des organisations syndicales, de les rencontrer et de les écouter. Libres ensuite aux partis concernés d’en tirer leurs conclusions pour leurs propres activités.

La seconde prétend donner des leçons aux responsables syndicaux, voire même se substituer aux syndicats dans leurs responsabilités d’assumer la défense des intérêts des salariés et la conduite des luttes.

Un certain nombre de déclarations du NPA et de son premier responsable ont, à l’évidence, emprunté cette voie.

L’intitulé du débat pour lequel vous sollicitez notre présence nous conforte dans l’idée qu’il y a entre nos organisations une divergence de conception sur nos prérogatives respectives. Nous le regrettons.

Voilà les éléments que j’étais chargé de vous transmettre et qui nous conduisent à décliner votre invitation.

Recevez, Chers Camarades, nos salutations fraternelles.

Alain GUINOT
Secrétaire de la CGT
Chargé des relations extérieures

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article