Lettre d'un certain nombre d'élus CPN signée par le comité de Lons-Le-Saulnier et Montbéliard

Publié le par comité NPA Loire Nord

Après la déclaration commune NPA/PG

 

Les membres du CPN soussignés, considèrent que si le mandat donné par le CPN du 21 juin était bien de prendre contact avec les organisations telle que le PG, LO, le PCF, etc... pour préparer la campagne de rentrée sur l'emploi et les licenciements ainsi que de se faire une meilleure idée de la situation en vue des régionales, il n'était en aucun cas de s'engager dès maintenant  dans une quelconque politique électorale commune pour les prochaines régionales.

 

En acceptant dès aujourd'hui le projet d'une déclaration commune à ce sujet avec le PG, le CE a fait glisser le centre de gravité des préoccupations du NPA du terrain des luttes sur le terrain électoral et cela alors que les plans massifs de licenciements et les attaques gouvernementales à venir nécessiteraient au contraire de donner la priorité aux résistances populaires.

 

En se précipitant de prendre position pour une fusion des listes avec le PS au deuxième tour des régionales 10 mois avant les élections elles-mêmes et cela même sans avoir idée de ce que sera le paysage politique à ce moment, le CE a donné une inflexion électorale, institutionnelle et suiviste à l'égard du PS, alors que le projet et la méthode du NPA étaient de se construire comme un  parti  présent dans les luttes, cherchant des accords avec les organisations qui agissent dans les combats quotidiens, en rupture par contre avec tous ceux qui utilisent les institutions au service des licencieurs et des pollueurs.

La résolution du dernier CPN dit pourtant: “Il s’agit d’une orientation générale qui n’exclut pas l’ensemble des cas de figure qui peuvent se poser (fusion, maintien de nos listes, désistement, abstention…). Ce positionnement politique devra être affiné lors du CPN de septembre.”

Il nous aurait semblé plus juste d'attendre pour prendre position sur cette question du second tour des régionales afin d'abord de montrer aux classes populaires que notre priorité n'est pas notre sort électoral particulier mais leur situation sociale dramatique, afin ensuite de  témoigner le plus clairement possible de notre fidélité à notre programme de départ à savoir notre indépendance à l'égard du PS et des institutions, afin encore de manifester que nous n'avons pas de places ni d'intérêts à défendre distincts de ceux des classes populaires. Abandonner des points de notre programme - comme l'interdiction des licenciements par exemple qui ne figure plus dans la déclaration commune - pour des accords politiciens avec le PS afin d'obtenir des voix et des sièges serait s'asseoir sur  l'appel de Besancenot au lendemain des présidentielles et renier ceux qui ont répondu à cet appel ! Pour nous, il faut d’abord vérifier avec qui nous pouvons mener une vraie campagne de mobilisation pour une intervention qui s’appliquera réellement sur le terrain.

 

Ce n'est qu'en s'appuyant et représentant au plus près les sentiments populaires que nous devons préparer une unité réelle de combat pour l’interdiction des licenciements avec les militants du PC, du PG, les alternatifs, les syndicalistes et un plan de manifestations programmées en commun, un travail de liaison entre les boites en lutte. Les discussions à mener, au sommet, avec les dirigeants de ces organisations ne peuvent ignorer le terrain des luttes dans la situation de crise grave que nous subissons.

Toute autre méthode qui l'oublierait au profit de calculs électoraux nous placerait au contraire sous la pression et l'influence de cette gauche institutionnelle et de ses méthodes.

Quant à l'adoption de fusions dites techniques avec le PS, il nous semble pour le moins que cela aurait mérité débat.

 

C'est pourquoi nous nous tenons à signaler que les réactions de déception sont vives parmi nos camarades ouvriers, déjà trop peu nombreux dans le NPA, ainsi que parmi nos camarades issus du courant écologique radical, il est encore temps de faire apparaître notre volonté unitaire sur le terrain des luttes à mener en commun d’abord, sans mettre en avant le PG et Mélenchon qui devient le centre et le pivot d’une alliance électorale pour la préparation des Régionales.

Nous demandons de de revenir à l’orientation issue du CPN sans aller au-delà.

 

Yvan Z (tête de liste aux Européennes, région Est), + élus CPN : Vincent (Mulhouse), Sylvia (Autun, à titre individuel), Sophie (Nancy), Simone (La Rochelle) Siar (Strasbourg), Jacques (Mulhouse), Jean-Noel (Bar-Le-Duc), Jérémy (La Rochelle), Jo (Mulhouse), Gael (Paris), Françoise (Mulhouse), Dominique (Montbéliard), Audrey (Dijon)

Le comité de Lons-Le Saulnier (39)

Le bureau du comité de Montbéliard (9 voix pour, 1 contre)

Publié dans Débats NPA

Commenter cet article