Agrexco à Sète ? La fin des paysans programmée!

Publié le par comité NPA Loire Nord

Communiqué de presse - 22 juin 2009



Première manif contre Agrexco à Montpellier, le 25 juin, un millier de personnes devant le conseil régional.

La Confédération paysanne ré affirme que la sécurité alimentaire passe par le maintien et la création de nombreuses fermes et non par l'éradication programmée des paysans.


Les importations massives (via Agrexco implantée à Sète par le Conseil Régional) de fleurs, de fruits et légumes largement subventionnés en Israël vont contribuer à accélérer la disparition de centaines d'exploitations de maraîchers et arboriculteurs pour cause de concurrence déloyale. Dans le même temps des dizaines de milliers d'hectares de terre se libèrent pour cause d'arrachage de vignes où pourraient s'opérer des reconversions. Une immense majorité de ces produits provient des terres palestiniennes dont les paysans sont expulsés. Aucune traçabilité n'est appliquée sur ces produits, afin de masquer leur réelle origine ainsi que les conditions sociales de leur production.

Nous refusons la complicité politico-économique qui entérinerait la politique coloniale d'un état et participerait à la destruction de milliers d'emplois agricoles en Languedoc Roussillon.

La Confédération paysanne ré affirme la nécessité de soumettre les échanges commerciaux et les accords économiques à la primauté des droits de l'homme, des droits paysans. Les intérêts de la firme Agrexco dans ses visées exportatrices sur le port de Sète sont contraires aux intérêts du peuple palestinien, des paysans du Languedoc et plus largement des paysans européens. Nous avons besoin d'une politique de développement agricole régionale qui tienne compte d'abord des aspirations de sa population et des intérêts des paysans plutôt que des intérêts financiers d'une entreprise agroalimentaire prédatrice de droits.

Nous refusons que le port de Sète devienne la porte d'entrée de produits agricoles issus de politiques coloniales.

La Confédération paysanne appelle à se joindre à la protestation du 24 et 25 Juin et s'engage à travailler avec les syndicalistes salariés du port de Sète précarisés pour proposer des alternatives à l'utilisation des fonds publics annoncés (200 Md'€...)

Ne construisons pas l'avenir de la région sur l'éradication des paysans palestiniens et la fin des paysans languedociens !

Publié dans Divers

Commenter cet article