Compte-rendu de la réunion sur Marches contre le chômage et la précarité...

Publié le par comité NPA Loire Nord

Réunion de préparation

Des Marches régionales contre le chômage, les licenciements, les précarités

 

Rappel :

L’objectif est la préparation de marches dans un premier temps en régions en ayant l’objectif d’une convergence dans différentes villes le 1er samedi de décembre (5/12).C’est un lancement d’initiative, nous avons conscience que, suivant l’écho rencontré, la dimension de cette initiative de « multirégionale » passera à « nationale »

 

Ces marches sont centrées contre le chômage, avec ses multiples composantes : licenciements, précarités, logement, accès à la santé, avec un poids accru pour les sans papiers, ceux qui subissent les discriminations, etc.

 Les marches intégreront ces différentes dimensions dans un même cadre autour du chômage. Notre objectif est de rendre les chômeurs, dans leurs multiples composantes, visibles et audibles.

Il est souhaitable que, partout où c’est possible, les actions de chaque fin de mois, (ponctuant la communication des chiffres du chômage,) soit aussi l’occasion de rencontres préparatoires de ces marches, dans le maximum d’endroits.

 

1/ Contacts unitaires

Depuis les états généraux, un certain nombre d’organisations nous ont rejoints (FSU, Canal Marches, No Vox) ou en débattent (ATTAC, MJCF-UEC, PCF, Verts, Confédération paysanne, …)

Contact est repris avec : PCF (Daniel), CGT (Evelyne), CGT Chômeurs et CGT intérimaire (Evelyne), DAL (Evelyne), MNCP (Daniel), Richard Dethyre (Evelyne), PS (qui ?)… Confédération paysanne (Evelyne)…

 

2/ Calendrier proposé par ordre chronologique

  • début septembre : début des réunions unitaires locales
  • 12 septembre réunion sur les marches lors de la fête de l’Huma (stand de l’APEIS ou autre)
  • 10 octobre rencontre nationale d’organisation des marches, décision sur les parcours. 
  • (17 octobre manifestation nationale pour les droits des femmes)
  • 20 novembre et après : départs des différentes marches
  • 5 décembre arrivée des marches dans les différentes villes.

 

 

3/ villes (en premier, la ville d’arrivée suggérée) : ce ne sont que des suggestions

  • Bordeaux Bayonne Charente, Pays basque, Lot, Landes...
  • Lille - Calais
  • Marseille -Toulon
  • Mulhouse -Strasbourg
  • Grenoble - Chambéry
  • Toulouse
  • Rennes – Nantes - Bretagne
  • Soit Rouen vient à Paris (en suivant la vallée de la Seine, Val de Reuil Louviers, Poissy Nanterre), soit convergence du Havre, Dieppe, Evreux vers Rouen (ou vers la Havre) : à eux de décider...
  • Clermont Ferrand -  Lyon
  • Sur Paris : idée de deux marches, l'une venant du nord (Amiens et Saint Quentin, Saint-Denis), l'autre venant du sud : Corbeil - Melun Evry Val-de-Marne

Les villes avec point d’interrogation sont sollicitées pour répondre…

  • Montpellier ? : avec Hérault et Gard, et les travailleurs saisonniers 
  • Nancy ?

Suggestion : les villes du Nord de la Loire peuvent finir la marche le vendredi et venir en car à Paris pour la manifestation du samedi 5 décembre...

 

4/ communication

Une affiche représentant les différents itinéraires sera publiée dès le lendemain du 10 octobre.

Une lettre d’information est envisagée, son rythme pourrait s’accélérer au cours de la marche

Un montage vidéo est pris en charge par l’Association Canal-marches : caméra dans chaque marche, interview d’un marcheur par jour, reportages locaux mis à disposition de tous…

 

5/ organisation concrète

Ce projet va engager des frais : voyages pour la réunion nationale ; affiche nationale ; tracts nationaux ; etc. Quelle participation financière des organisations et partis soutenant les marches. Ouverture d’un compte ? Ou bien le compte d’une association de chômeurs joue ce rôle ? Il faudra assez rapidement solliciter l’aide (financière ou matérielle) des conseils généraux et élus locaux.

 

  • Concrètement, une « marche », ce sont des personnes qui marchent. Prévoir des étapes de 10 à 15 Km chaque jour sur un itinéraire préparé d’avance.
  • dans chaque ville étape, il faut à la fois une préparation avec les mairies ou les collectifs locaux (manger, dormir), et une préparation avec les associations, les syndicats, les partis, pour préparer un débat, une initiative
  • dans des coins où l’on ne peut assurer le coucher intermédiaire, ou bien pour des villes éloignées, envisager un système de villes étape avec déplacement en voiture. Cela libère du temps dans la journée pour rencontrer la population, faire des initiatives. ou bien combiner les deux ?
  • il faut que sur la durée d'une marche, le plus possible d'aspects de la campagne soit couvert : handicapés, sans-papiers, licenciements dans une entreprise, accueil dans un pole emploi, CAF, RSA, discrimination à l’embauche des jeunes des quartiers, mal logés etc.
  • qui marche ? Il faut chercher à avoir un public mixte, représentant jeunes, anciens, femmes, hommes, chômeurs, futur ou ex licencie etc.  Il faut que ce soit des gens qui peuvent se libérer 10 ou 15 jours, sans être angoissé à l'idée d'être rayé par le Pole Emploi.
  • Les rencontres de préparation, locales et unitaires large, seront l’occasion pour les chômeurs et précaires de rejoindre et de s’impliquer dans la défense de leur droits et de leur condition avec ou autour des organisation chômeurs. 

Nous avancerons en marchant !!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article