Privatisation de l'AFP

Publié le par comité NPA Loire Nord

Pour la survie et l'indépendance de l'AFP : assemblée générale du personnel
suivie d'un rassemblement
au Ministère de la Culture

le mardi 23 juin de 14 à 17 heures

 

Partout en France, et également à travers le monde, des citoyens de plus en plus nombreux s'inquiètent de l'avenir des médias en France.

Mainmise du pouvoir sur le service public de l'audiovisuel, fragilisation des entreprises de presse indépendantes, mise en cause du statut des journalistes et de leurs droits d'auteur, pressions sur les salaires et les conditions du travail : les raisons de se mobiliser ne manquent pas.

Au coeur du paysage médiatique français, l'Agence France-Presse occupe une place à part. Source d'informations indispensables pour les médias tout comme pour l'Etat, l'AFP fait également partie de la poignée de grandes agences de presse mondiales, travaillant en six langues et entretenant un réseau de bureaux et de correspondants dans 165 pays.

Aujourd'hui, l'indépendance de notre Agence est menacée par un projet de modification de son statut, garanti par une loi de 1957.

Le PDG de l'Agence vient de confirmer devant le Comité d'entreprise qu'il entend poursuivre son projet de transformer l'AFP en "société nationale à capitaux publics".

Il s'agirait en fait d'une société anonyme, qui pourrait ouvrir la voie à une privatisation en bonne et due forme après une étatisation tout aussi peu souhaitable.

Pour protester contre ce projet, plus de 15 000 personnes ont signé à ce jour la pétition intersyndicale "pour la survie et l'indépendance de l'Agence France-Presse" (http://www.sos-afp.org - texte ci-dessous).

La liste des signataires (voir ci-dessous) comprend de nombreux noms prestigieux, mais également des milliers de citoyens de partout en France et dans le monde.

L'intersyndicale a décidé de souligner l'opposition grandissante que provoque ce projet à l'intérieur de l'entreprise comme à l'extérieur, en livrant aux principaux organes gouvernementaux la liste des 15 200 signatures à ce jour.

Pour ce faire, les syndicats appellent : à une Assemblée Générale du personnel le mardi 23 juin à 14h00 et à une grève de 14h à 17h afin de participer à un rassemblement de remise de signatures au ministère de la Culture.

Ce rassemblement aura lieu à 15 heures devant le ministère, Place Colette (Paris 1er).

L'intersyndicale de l'AFP a également pris rendez-vous pour remettre la liste des signataires à l'Assemblée Nationale et au Sénat.

Suite à ces initiatives, la pétition continuera.

 

Texte de la pétition (http://www.sos-afp.org)

"Nous soussignés, citoyens, salariés de l'Agence France-Presse et organisations attachés au pluralisme et au droit à une information complète et objective, affirmons notre soutien à l'indépendance structurelle de l'AFP.

"Depuis plus de cinquante ans, son statut ne l'a pas empêchée de devenir l'une des trois grandes agences de presse mondiales, présente sur les cinq continents et travaillant dans six langues.

"Nous refusons toute modification qui aurait pour effet soit de transformer l'AFP en agence gouvernementale, soit de la livrer en totalité ou en partie à des entreprises privées quelles qu'elles soient et sous quelque forme que ce soit.

"Nous exigeons que l’agence conserve sa particularité, sa capacité à remplir sa mission d’intérêt général et son indépendance structurelle. Par conséquent, nous nous opposons à toute modification qui dénaturerait son statut, inscrit dans la loi de 1957."

 

Parmi les 15.200 premiers signataires, on relève les noms de grands résistants ou grandes figures morales comme le dernier survivant du CNR, Robert Chambeiron, le co-auteur de la Déclaration universelle des droits de l'homme Stéphane Hessel, Raymond Aubrac, Théo Klein, Rony Brauman, Xavier Emmanuelli, Axel Kahn, les philosophes Noam Chomsky et Edgar Morin, les écrivains Philippe Sollers, Edouard Glissant, Ramon Chao, les journalistes Hervé Bourges, Michèle Cotta, Edwy Plenel, Jean-Leclerc du Sablon, Bernard Poulet, Jean-François Kahn, Henri Alleg, Jean Lacouture, Philippe Mudry, une centaine de parlementaires, huit présidents de conseil régionaux, onze de conseils généraux, quelque 500 élus locaux dont des dizaines de la majorité, une trentaine d'anciens ministres, gaullistes comme Philippe Dechartre, Jean Charbonnel, socialistes comme Jacques Delors, commmunistes comme Jack Ralite, écologistes comme Corinne Lepage; les dirigeants politiques Martine Aubry (PS), Marie-Georges Buffet (PCF), François Bayrou (MoDem), Cécile Duflot (Les Verts) Jean-Pierre Chevènement (MRC), Olivier Besancenot (NPA), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République); des maires de grandes villes (Bertrand Delanoë à Paris, Daniel Delaveau à Rennes...), des dirigeants syndicalistes comme Bernard Thibault (CGT), François Chérèque (CFDT), Jean-Claude Mailly (FO), Jacques Voisin (CFTC), des comédiens et artistes comme Vincent Lindon, Mylène Demongeot, Michael Lonsdale, Pierre Arditi, Pierre Etaix, Rufus, Dominique Blanc, Abbas Kiarostami, les géographes Yves Lacoste et Béatrice Giblin.

Au total, il y a environ 2.500 journalistes (presse écrite et audiovisuelle), 1.500 étudiants de toutes disciplines, quelque 400 chercheurs et universitaires, 1.300 enseignants du primaire ou secondaire, 100 éducateurs, notamment sportifs, une centaine de sportifs ou anciens sportifs dont certains de très haut niveau (Yohann Diniz, André Boniface, Raymond Poulidor...).

Mais il y a aussi environ 300 cadres d'entreprise, 400 employés ou ouvriers, plus de 2.000 retraités et des milliers de citoyens attachés à l'indépendance de l'AFP, et vigilants pour l'indépendance de la presse en général.

 

Syndicats CGT, SNJ, CFDT, FO et SUD de l'AFP - le lundi 22 juin 2009


L'AFP, clé de voûte du système d'information en France, est menacée de changement de statut à brève échéance (projet de loi susceptible d'être présenté prochainement pour une adoption au Parlement en fin d'année)

 

Aujourd'hui, de par son statut, indépendante des pouvoirs "économique, idéologique et politique", elle pourrait passer sous le contrôle de capitaux privés.

 

Elle a fait l'objet des attaques les plus vives et les plus indignes de représentants de l'UMP (Lefebvre et Goasguen notamment mettant en cause son impartialité et appelant à sa privatisation immédiate)

 

Comment soutenir, dès aujourd'hui,

les salariés de l'AFP ?

 

En signant sans attendre leur pétition

pour la survie et l'indépendance de l'AFP

Texte de la pétition (http://www.sos-afp.org)

 

Cette pétition sera remise demain à Christine Albanel, ministre de la Culture

A ce jour, 15 000 signatures ont été rassemblées mais seulement une dizaine d'organisations figurent parmi les organisations signataires

Quelques clics prenant quelques secondes, venant d'organisations syndicales et associatives, 

 permettraient de présenter, demain, à la ministre une pétition plus étoffée.

NB : l'introduction de la CDC au capital de l'AFP est sérieusement envisagée. Des contacts sont déjà en cours avec des syndicalistes de l'AFP. Une rencontre avec l'intersyndicale pourrait être programmée prochainement...

 

Loïc DAGUZAN


Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article