CONTRIBUTIONS A LA REUNION DEPARTEMENTALE ET PREPARATOIRE AU CPN

Publié le par comité NPA Loire Nord

Cette proposition, reste bien sur à débattre...



1) POINT DE VUE

 

 

Zone d’action du comité de Roanne Loire Nord

 

Tout d’abord les chiffres, et sur ce point nous sommes 2% au-dessus de la moyenne nationale et 1% au-dessus de la moyenne du département, donc si à priori nos résultats apparaissent décevant, nous n’avons pas à rougir des résultats du NPA localement, et même dans une certaine mesure nous pouvons nous féliciter de l’impact sans doute modeste, mais néanmoins existant des actions menées à l’initiative du comité de Roanne (à peine 3 mois d’existence) : participation remarquée aux manifestations, tractages, affichages, réunion publique de campagne et participation parfois active aux réunions du FG /POI/ RESF.

D’autre part en comparant les chiffres 2004 à ceux de 2009 il apparaît clairement une progression du NPA par rapport aux résultats LCR/LO de 2004 puisque dans notre zone d’action ces chiffres ont doublé dans les villes de plus de 3000 habitants et plus que triplé dans 80% des communes rurales pour une abstention à peine plus importante.

Si bien qu’objectivement, on constate que l’anticapitalisme fait son chemin et que la création du NPA a déjà fédéré au-delà de l’électorat de feu la LCR. On pourrait même considérer que le NPA se positionne en leader de la gauche anticapitaliste en Loire Nord si on considère le front de gauche comme une alliance électorale (éphémère ?) de plusieurs partis.

 

Départemental et national

 

Le recul que nous donne notre position locale de comité encore isolé nous permet d’avoir un ressenti critique à la fois comme citoyen et jeune militant.

De ce point de vue, nos structures trop jeunes et inexpérimentées n’ont sans doute pas permis de nous rendre suffisamment visibles, et de nous faire comprendre. En effet, la jeunesse même du NPA (congrès fondateur les 6 et 8 février 2009)  n’a pas permis dans ce temps trop court d’expliquer au plus grand nombre le fond du changement de la LCR en NPA et a rendu encore plus difficile la justification de la volonté du NPA de finalement partir seul a ces élections.

Si bien qu’il a été facile, en particulier pour le front de gauche de se positionner dans la posture unitaire vertueuse, et de marginaliser le NPA en l’enfermant dans le rôle du diviseur empêtré  dans le supposé  sectarisme de la LCR.

Le PCF et PG se sont lancés dans des attaques parfois calomnieuses (lors des réunions publiques du FG à Roanne en particulier mais aussi dans les médias) qui ont  été redoutables. Ces partis se sont appuyés sur la « rédemption » « de Christian PIQUET ex-NPA » et même sur le mouvement interne au NPA « convergences et alternatives » en dénonçant (paradoxalement concernant ce dernier) encore une fois la main mise sur le CPN par les ex LCR.

Le fait est, que le NPA a donné la sensation de « ramer » pour justifier sa position en communiquant très peu sur ce sujet à l’extérieur du parti : pour les uns, il a donné l’image d’une position vertueuse en ne prenant pas part aux luttes électoralistes d’appareils mais également en restant fidèle à ses principes anticapitalistes, s’opposant ainsi, à un PCF parfois « volage » vis à vis de ceux-ci ;  pour les autres, au contraire, il a donné l’image du mépris de l’union, pour s’affirmer seul et pouvoir montrer ses muscles. Compte tenu de nos résultats et de la « défiance » des abstentionnistes,  il semble que ce soit les seconds qui l’aient emporté.

Gageons pourtant que la position du PCF - faisant savoir en pleine campagne que leur prochaine alliance avec le PS était incontournable pour les régionales - va laisser bon nombre de militants PC et PG pour le moins perplexes. En effet, après avoir résolument défendu une idéologie anticapitaliste, il va leur falloir faire preuve de souplesse pour réaliser le grand écart permettant de rejoindre l’économie de marché défendu par le PS. Si bien que le « solitaire » « diviseur de la vraie gauche » NPA, pourrait devenir la seule position résolument  anticapitaliste crédible.

Mais la critique est venue également des dirigeants nationaux, des syndicats (CGT, FO et CFDT) qui ont largement communiqué sur la « rapacité » du NPA « s’appropriant les luttes sociales sans légitimité ». Olivier Besancenot a d’ailleurs été qualifié de récupérateur médiatique des conflits sociaux ; idée relayée bruyamment par les unions locales. Là encore, notre manque de lisibilité a joué contre nous face à des structures militantes extrêmement efficaces ( PCF et syndicats) .

 

 

 2) ENSEIGNEMENTS

 

A) Pour le comité Roanne Loire Nord

 

Le comité de Roanne Loire Nord doit assumer rigoureusement sa position nouvelle de parti anticapitaliste leader dans sa zone d’action en se structurant en son sein autour de formations générales et militantes. Ceci lui permettrait de donner à la fois du fond à sa démarche et de permettre à ses militants une implication directe dans les actions locales :

luttes dans les entreprises, qui peuvent être coordonnées avec le département et le national,

2) implications personnelles et collectives auprès des associations partageant des valeurs communes,

3) réunions publiques organisées afin de faire connaître le NPA et surtout de rendre sa démarche clairement lisible dans le but évident de construire sa notoriété et de fédérer de nouveaux militants. Le comité doit également se mettre dans la capacité de faire remonter son positionnement ainsi que ses propositions au CPN afin de participer par notre contribution à la construction du NPA (principes fondateurs), d’autant qu’il nous apparaît que certaines décisions du NPA tombent sur les comités sans que ceux-ci ne soient consultés. La dernière réunion du comité a déjà évoqué quelques-uns de ces aspects (voir CR) et la suivante, devra semble-t-il, continuer dans ce sens donc, camarades, à vos plumes pour le prochain ordre du jour !

 

 

B) Pour le département

 

La coordination des comités de la Loire est également un moteur nous permettant de mettre en commun nos expériences, « l’isolement » des comités est un frein évident à la construction du NPA et à sa notoriété dans la Loire.

Aujourd’hui nous ignorons même l’existence de certains comités dans la Loire (en dehors de ST Etienne) et nous avons appris par la rumeur publique qu’il y aurait sur la liste sud-est  un candidat issu de la Loire, désigné par on ne sait qui, et qui en tout cas ne s’est jamais fait connaître au comité de Roanne.

Même si ces faits sont à mettre sans doute sur le compte de la jeunesse du NPA et sur la mise en place, dans l’urgence, du calendrier électoral, il semble cohérent dans l’esprit des principes fondateurs qu’à l’avenir les comités soient à la fois représentés au CPN et qu’ils soient à l’initiative du choix d’éventuels candidats aux élections locales. La première réunion départementale du 16 juin devra donner une orientation précise sur ces différents points.

 

 

Pour le national

 

Pour l’instant sans représentation du comité au CPN, notre position est invisible (en dehors des actions locales menées par le comité dans le cadre d’une légitimité NPA autoproclamée), mais malgré tout reconnue lors de cette campagne électorale. Néanmoins, nous sommes encore dans le flou du fonctionnement amateur et nos questions aussi bien sur le fond que sur la forme restent sans réponses. Il apparaît comme une évidence que la situation sociale et politique de notre région réclame une rigueur absolue de nos démarches et que celles-ci ne doivent s’inscrire que dans le cadre d’une coordination débattue au sein du CPN, y compris sur les rapports à engager avec les organisations de gauche Dès lors, nos contributions ne peuvent se limiter au débat autour d’un ordre du jour qui remonterait de ville en ville dans les arcanes d’un fonctionnement non maîtrisé et viendrait de ce fait contredire les principes fondateurs du NPA qui nous ont réunis.

Publié dans Vie du Comité Local

Commenter cet article