Lendemain d'élection

Publié le par comité NPA Loire Nord

Chers camarades,

Soyons réalistes ce premier résultat électoral du NPA est un échec !

Nous n’avons pas été entendus au-delà de nos sympathisants
On peut comprendre que des militants habitués pendant des années à des résultats voisins de zéro, puissent se contenter de ce résultat certes
supérieur au score LCR des dernières européennes. Pour nous nouveaux venus, nous avons plus d’ambition pour ce parti, que de rester éternellement
dans la marginalité électorale ou militante. Peu nombreux étaient ceux qui envisageaient le Front de gauche devant, et la différence est quand même
nette !
Certes il faut relativiser, ces résultats cachent l’effritement continuel du PC, renforcé là par des voix venus du PS… De ce point de vue, le résultat du
front de gauche participe du surplace de la gauche de la gauche . Celui du NPA est explicable effectivement par la désertion de l’électorat jeune et
populaire,enlisé dans la crise, et qui à notre détriment,n’a pas reçu de notre part un message clair, lisible.Sinon le rejet d’une Europe anti
démocratique, antisociale, antiservices publics, et pour la privatisation des universités donc anti-accès au savoir.
Une autre lecture plus flatteuse peut être de se détourner de notre région PACA,pour regarder les résultats à deux chiffres de certaines communes
rurales ici ou là,où il faudra labourer le terrain.
Un bémol peut être mis aussi du fait que l’attitude des syndicats cherchant à noyer le mouvement social de journée de lutte en journée de grève, a été
démobilisatrice, et n’aide pas à faire passer un discours de grève générale, quand le « tous ensemble » échoue sur l’intermittence de la mobilisation.
Du haut-parleur au petit livre programme
Mais il faut d’abord battre notre coulpe et nous en prendre à nous-mêmes, et nos insuffisances sont grandes, même si Jennar s’est donné à fond
dans cette campagne et doit être félicité et remercié.
Soutenir et se faire l’écho des luttes ne semble pas suffisant,il faut être une force de proposition pour l’avenir, et à ce titre l’urgence d’un programme
du NPA n’a jamais été si manifeste, c’est le rôle des commissions de le préparer, et à tous les militants de le discuter. Il ne suffit pas de dire qu’on
veut gouverner sans le PS, il faut montrer qu’on peut gouverner sans eux, et que tout peut être à nous, si nous faisons la révolution dans les têtes !
Notre mode de fonctionnement doit évoluer aussi, le NPA n’est pas la continuation des habitudes de travail LCR, avec les mêmes gens qui continuent
à faire comme avant,avec les mêmes clefs et les mêmes fêtes aux mêmes endroits…
Etre plus lisible pour attirer vers nous
Sans ces formes de communication grand public lisibles,sans ces modes de fonctionnements nouveaux, le NPA ne peut représenter une force
d’attraction,et ne peut attirer vers lui des sympathisants qui de fait passent et ne s’arrêtent pas ; des gens venus d’autres partis ou mouvements, des
intellectuels... On criait l’an dernier que dès que nous serions créés comme NPA, les adhérents afflueraient, malheureusement ceux qui frappent au
portillon se comptent sur les doigts d’une main.

Fin de l’effet Besançenot
A ce titre une autre leçon des élections est que l’effet Besançenot est bien terminé, il ne représente plus pour la droite l’opposant principal qu’on
agite devant le PS. Les caméras vont se détourner vers les verts et Cohn Bendit, nous deviendrons absent des plateaux… Plus dur de marteler notre
message.

Développer notre empreinte écologique
L’empreinte écologique sur le parti n’a pas été lisible, parce que absente de la campagne, à l’exception de la distribution à Cadarache
sur le projet Iter. Le terme écosocialisme doit être expliqué et réexpliqué, il n’est pas assez clair. Il peut permettre dans certains cas d’avoir une
lisibilité transversale : par exemple défendre une alimentation de santé exempte de pesticides, suppose de défendre un type d’agriculture bio, un type
de choix d’élevage ( moins de boeuf), un type de culture ( moins de maïs dévoreur d’eau), un type de distribution ( moins de supermarchés), un type
de transport ( plus de fret), un type d’emplois agricoles éloigné de l’exploitation de saisonniers. Il faut développer cette éducation politique, et cette
formation des militants à travers nos commissions.
Un désir fort d’unité dont on doit tenir compte dans nos pratiques
L’autre leçon de ces élections, c’est que le désir d’unité n’a jamais été aussi fort dans le peuple, qui fuit les querelles intestines et alors ne veut plus
entendre ! Hors des chapelles politiques c’est cela qu’on a voulu plébisciter en votant Europe Ecologie, et à un moindre niveau en plaçant un front
riquiqui devant le NPA. Le cavalier seul de Bayrou comme celui de Besançenot a été sanctionné.Il faut fédérer sur la base d’un programme clair, et sur
l’indépendance vis à vis du PS, en formant et informant les gens sur les tares de la socialdémocratie.
Loin de nous le désir dans cette explication de développer le pessimisme, mais tirer leçon de ses échecs, est nécessaire pour redéfinir des objectifs
qui nous redonnerons confiance en des victoires futures possibles.

Hervé
Comité Pertuis-sud Luberon

Commenter cet article