Restauration ferroviaire : une grève totalement ignorée par les médias

Publié le par comité NPA Loire Nord

Communiqué de Raoul JENNAR


Ce mardi matin, Raoul JENNAR, tête de liste du NPA dans la circonscription
du sud-est, accompagné d'une délégation de militants de son parti, a rendu
visite aux grévistes de la société CREMONINI dans leurs locaux proches de la
gare St-Charles à Marseille

La SNCF a confié le marché de la restauration ferroviaire dans ses TGV à
cette firme privée. Les personnels de bord  se sont mis en grève suite à la
rapide et profonde dégradation intervenue dès qu'ils ont été transférés à
CREMONINI : 11 salariés mis à pied, baisse des salaires de 100 à 200 euros,
statut différent pour les nouveaux embauchés, mépris des accords collectifs
antérieurs, gestion aberrante de la restauration. Cette action concerne 1350
salariés. Elle est soutenue par l'intersyndicale CFDT-CGT-FO-Sud Rail.

Il s'agit-là d'un des effets de la libéralisation des services ferroviaires
décidée au niveau européen, notamment avec l'appui du gouvernement Jospin
(PS-PCF-Verts). Une fois de plus, il se confirme que les politiques
européennes adoptées par nos gouvernements nourrissent la crise sociale,
comme elles nourrissent la crise écologique. Une fois de plus, la dictature
du marché et les politiques de concurrence, inscrites dans les traités et
directives de l'Union européenne, montrent que face à la crise sociale et
écologique, l'Union européenne n'est pas une partire de la solution, c'est
une partie du problème.

Le NPA est solidaire de cette grève et attire l'attention de l'opinion
publique sur les revendications légitimes des personnels de CREMONINI. Il
demande que la concession au privé de la restauration ferroviaire soit
abandonnée et que cette activité soit reprise par la SNCF.

Publié dans Elections Européennes

Commenter cet article