En lisant L'Huma...

Publié le par comité NPA Loire Nord

Pour information, deux "brèves de campagne" parues dans l'Humanité à

propos de la présence d'Alain Mosconi sur la liste du NPA Sud-Est.


 Dans les Brèves de campagne de l’Humanité du mercredi 27 mai


 Le NPA en galère avec le FLNC


« Donnez-nous un mandat pour continuer à faire après les élections ce
qu’on faisait avant ! » lance régulièrement Olivier Besancenot,
porte-parole du NPA et candidat en Ile-de-France. Pas sûr que le
message soit mobilisateur. Ni très clair. Ce qui n’empêche pas le
leader de cette formation de proclamer que « le vote le plus clair à
gauche, c’est toujours le NPA ». Méthode Coué ? En Corse, c’est
évidemment beaucoup plus clair. Surtout depuis la publication de la
liste NPA dans le Sud-Est. Y figure Alain Mosconi, chef des marins du
syndicat STC courroie de transmission du politico-mafieux FLNC. Il
s’était rendu médiatique en septembre 2005, par un acte de piraterie :
la prise de contrôle musclée, à Marseille, du Pascal-Paoli, un cargo
de la SNCM, pour le conduire à Bastia, nécessitant l’intervention du
GIGN. Le syndicat nationaliste avait parlé de « réappropriation de
l’outil de travail ». Bizarre : deux jours après, la majorité UMP de
l’Assemblée de Corse avait demandé l’arrêt des poursuites judiciaires.
Que vient donc faire le NPA dans cette galère ?




Elégant, non ? Voilà qui fleure bon les calomnies vis-à-vis de la
gauche radicale dont le PCF des années 50, 60 et 70 était coutumier ….
Et qui, au passage, insulte une organisation syndicale et dénigre une
action syndicale qui fût plutôt populaire.
Mais ça a du secouer un peu au PCF et à l’Huma… Au point d’aboutir,
deux jours plus tard, à un rectificatif pour le moins laborieux et
embarrassé
.


Dans les Brèves de campagne de l’Humanité du vendredi 29 mai


Corse : brève à l’excès


 Le raccourci et les phrases-chocs ne sont pas toujours le chemin le
plus efficace quand l’analyse perd de sa pertinence au risque du
contresens. Une brève publiée jeudi sur la présence d’Alain Mosconi,
l’un des leaders des marins STC, sur la liste du NPA dans le Sud-Est,
a pu être à l’évidence considérée comme injuste par rapport à l’action
syndicale en générale et celle de cette formation en particulier, qui
regroupe quelques 5 000 salariés venus d’horizons dépassant la
mouvance nationaliste. L’objectif était seulement de pointer le fait
que le NPA est, d’après Alain Mosconi, le parti plus proche de
l’autodétermination de la Corse, qui reste son objectif au-delà des
convictions et des formes d’action revendicatives qu’il a choisi de 
mettre au service de la défense des travailleurs corses
.

Publié dans Elections Européennes

Commenter cet article