Compte-Rendu de la réunion publique du Front de Gauche du 26 mai

Publié le par comité NPA Loire Nord

Présents NPA : Floréal, Frédéric.

 

Une trentaine de personnes présentes, majoritairement PCF.

 

1er intervenant : PCF ( pas entendu son nom !)

 

Après avoir déploré la faible représentation du Front de Gauche dans les médias, fustigeant le fait que Besancenot mobilise à lui seul ceux-ci au détriment du FG, se posant la question de savoir si le FG faisait peur, il a rappelé que seul le FG proposait l’unité de la gauche anticapitaliste en déplorant, je cite : « La volonté de Besancenot de faire cavalier seul, son refus de l’union avec le FG montre la volonté du NPA à être le diviseur de la gauche ».

Il a remercié les militants qui ont effectué le collage et la distribution des tracts ( il faut reconnaître qu’ils ont été très efficaces)

Il a ensuite rappelé les positions du PCF et aujourd’hui celle du FG qui sont pour partie semblables aux nôtres, sans évoquer, ni méthodes d’actions possibles au sein du parlement européen, ni volet écologique et bien sur sans évoquer non plus le devenir du FG après les élections.

 

2ème intervenant : PG Jean-Paul Loire

 

Il a commencé son intervention en souhaitant que le FG se prolonge au delà du 7 Juin avec  les quelques militants NPA déjà demandeurs du mouvement « convergences et alternatives », affirmant  que l’accord PCF/PG est une base solide face à la stratégie du « partir seul » du NPA.

Il a également annoncé je cite : « le FG est aujourd’hui par tous les syndicats et associations antilibéraux » (très applaudi).

 

3ème intervenant : Christophe Faverjon (maire PCF union de la gauche d’Unieux co-listier de la liste Sud Est FG)

 

Il a d’abord déploré le fait que la campagne ait été réduite à la portion congrue, en soulignant que les médias se focalisaient à dessein sur l’abstention.

Nous avons eu ensuite un rappel historique (rapide) sur le libéralisme du 18ème à nos jours, en se positionnant clairement à ce moment plus antilibéral qu’anticapitaliste.

Néanmoins il a souligné que le FG est le seul « parti » qui remet en cause le capitalisme, rappelant que « même Christian Piquet ex NPA avait rejoint le FG ».

Il a rappelé le programme du FG pour les européennes en restant axé sur le Franco-français en parlant d’un programme « apte à relancer la croissance » il a conclu en rappelant les 3 raisons de voter FG :

La réunion s’est terminée par une séance de questions autour de la possibilité de mise en place d’un SMIC européen, la proposition du FG étant d’établir celui-ci à 60% du salaire médian interne à chaque pays membre.

J’ai donc posé la question suivante : n’est-il pas dangereux de faire croire aux gens déjà désespérés, que de telles propositions pourront être mises en place par nos futurs députés, alors même qu’après avoir été rejetée par le parlement européen la directive « Bolkenstein » vient d’être validée par la cour européenne de justice et que sa décision est exécutoire ?

La réponse de M.Faverjon a été de nous dire qu’il fallait d’abord être élu pour faire avancer les choses et que le FG était le seul à pouvoir le faire.

A mon sens la réponse fut un peu courte, et même en essayant de la relancer,  il n’a pas évoqué le fond de la question, sans doute embarrassant.

 

En conclusion, mon sentiment c’est que le FG se trompe de colère, il a plus été question pendant cette réunion de « taper » sur le NPA que sur l’UMP, le MODEM ou le PS rien n’a été dit sur le fait que le traité de Maastrich avait en son temps été enfanté par Jacques Delors. Seul JP Loire (PG) a laissé entrevoir une unité avec nous, d’ailleurs objectivement aura t-il le choix quand le PCF a déjà fait savoir son alliance future avec le PS pour les régionales ?  

D’autre part quand le fond a été évoqué (trop rarement) et plus particulièrement par C. Faverjon qui doit son élection a Unieux au PS, le malaise est encore plus grand, Faverjon par ailleurs prof d’économie, donc faisant nécessairement la différence entre libéralisme et capitalisme a été effectivement claire quant à son antilibéralisme, mais assez mesuré sur son éventuel anticapitalisme se montrant même en faveur de l’inflationnisme, permettant selon lui d’augmenter à la fois notre niveau de rémunération et la valeur de notre patrimoine (donnant l’exemple de l’immobilier) et d’appeler de ses vœux le retour de la croissance qui aurait les mêmes vertus !

J’ai eu la désagréable impression d’entendre en fait, un discours politicien qui semble ne pas vouloir insulter l’avenir d’un élu du PCF qui devra sa prochaine élection au PS qui aujourd’hui a mis en préambule le maintien de l’économie de marché à toutes ses actions.

 

Fred

Publié dans Elections Européennes

Commenter cet article