Communiqué de soutien à la LDH et au Comité de Sabotage de l' Antiterrorisme à propos des 5 arrestations de Forcalquier

Publié le par comité NPA Loire Nord

Raoul JENNAR, tête de liste du NPA pour la circonscription Sud-Est s’indigne des procédures  « iniques » de la SDAT – Police Judiciaire de Marseille et de la façon de faire du Directeur Interrégional de la Police Judiciaire sous couvert des lois soi-disant « anti-terroristes » et exprime son soutien et sa totale solidarité avec le CSA et la LDH dont vous trouverez ci-après les communiqués.
Au nom de la défense des droits de l’homme et du respect du droit de solidarité, nous vous prions de signaler dans vos médias respectifs le
meeting de soutien du CSA qui aura lieu ce soir à 20H à la Cimenterie de Forcalquier.
Quel est cet état où on peut emprisonner une personne sans preuves pendant plusieurs mois?
Quel est cet état où sur présomptions on arrête des individus?
Quel est cet état où on accuse l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours?
Le respect du Droit est un pilier d’une société démocratique, tous les républicains en conviennent. Lorsque c’est la direction de l’Etat qui ne le
respecte pas, c’est l’Etat lui-même qui est menacé. Alors où se trouve les vrais terroristes? Chez ceux qui sont en prison pour avoir «pensé» une
autre société ou chez ceux qui piétinent le droit?
Nous ne pouvons accepter ces pratiques.
Nous devons tous ensemble (citoyen – es, journalistes, responsables politiques…) empêcher que s’installent dans notre pays les pratiques d’un état répressif « sournois » et injuste qui arrange les lois à sa guise en utilisant le prétexte du « nous devons protéger les citoyens des terroristes ».

Communiqué du CSA du Lundi 18 mai :

"Le tour d France a pris de l'avance  cette année, après l'arrestation spectaculaire à Paris de Tessa, membre active  du comité de soutien aux inculpés du 11 novembre dans l'affaire des sabotages  des lignes SNCF, le tour continue avec une série d'arrestations sur la commune de Forcalquier, Johanna et François Bouchardeau, Samuel et Hélèna Autexier ont  été emmenés après perquisitions de leurs domiciles ce lundi 18 mai à 6 h du  matin, vers Marseille et peut-être plus loin, au siège de la Direction  Centrale du Renseignement Intérieur, à Levallois-Perret.
Les informations  sont minces, mais il y a eu aussi une perquisition avec trois interpellations à Rouen, toujours dans le même cadre.
Un nouveau coup d'éclat du pôle  anti-terroriste ave un message clair : Si tu te solidarises, tu es coupable !
Nous n'avons pas peur, nous sommes en colère ! "
 

LIGUE DES DROITS DE L’HOMME FEDERATION DES BOUCHES DU RHÖNE

COMMUNIQUE

Marseille, lundi 18 mai 2009

Mensonges et atteintes à la liberté d’expression
Nous étions, vers 18h, une cinquantaine de personnes devant l’Hôtel de Police (l’évêché) pour soutenir Johanna Bouchardeau, François Bouchardeau, Samuel Autexier, Héléna Autexier, mis en garde à vue, depuis le matin, suite à leur engagement dans un Comité de Sabotage de l'Anti-Terrorisme qui est de fait un Comité de soutien, aux inculpés de Tarnac, à Forcalquier.
Une délégation (Andrée Reversat élue Verts au Conseil Régional, Philippe Dieudonné, vice Président de la Fédération des Bouches du Rhône de la LDH, Bruno Chiambretto du  comité de Forcalquier) a été reçue par Mr Gauze Directeur Interrégional de la Police Judiciaire et deux de ses adjoints.
Après avoir affirmé « que ce n’était pas l’affaire du siècle, que tout était transparent, » il a précisé que les 4 personnes étaient entendues à la demande du parquet de Digne, suite à la diffusion d’un texte pour lui «anodin» comportant une photo. Cette photo représenterait un pilier du portail d’entrée de la résidence secondaire, à Digne, de Mr Squarcini (Directeur Central du Renseignement Intérieur). La police voulant déterminer « quelles étaient leurs intentions »., et qu’« ils seront vraisemblablement relâchés, le temps que l’on examine leurs ordinateurs ».
Bruno Chiambretto ayant demandé des nouvelles de la santé de ses amis le Directeur l’a invité à rester dans le bureau cependant que les deux autres membres de la délégation sortaient rendre compte de l’entrevue. De fait il s’agissait d’un piège pour mettre Bruno Chiambretto en garde à vue.
La LDH condamne fermement de tels procédés visant une personne qui est venue de son plein gré et qui n’avait rien à cacher. Le fait que ce piège ait été mis en œuvre par un haut fonctionnaire d’un service public représente pour LDH une circonstance aggravante.
La LDH dénonce une fois encore des méthodes et des procédures d’exception débouchant sur la violation de principes fondamentaux de l’Etat de droit au constat notamment de la disproportion évidente entre les moyens mis en œuvre et une affaire concernant l’exercice de la liberté d’expression.
La LDH estime que ce nouvel épisode s’inscrit dans une instrumentalisation d’un pseudo terrorisme visant, dans une période pré électorale, à détourner l’attention sur les conséquences catastrophiques au plan social et économique de la politique actuellement conduite.
La LDH demande la mise en liberté immédiate de ces cinq personnes.

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article