EuroPalestine et les prochaines élections européennes

Publié le par comité NPA Loire Nord

Publié le 12-05-2009


La campagne pour les élections européennes, qui se dérouleront le dimanche 7 juin, a commencé. Comme nous l’avions indiqué publiquement, nous avons adressé une demande à tous les partis (sauf à la droite et à l’extrême-droite), leur demandant d’intégrer dans leur campagne le boycott d’Israël, seul moyen de combattre concrètement l’impunité dont bénéficie Israël, face à la colonisation, le nettoyage ethnique et l’occupation qui se poursuivent et s’aggravent en Palestine.

Ce boycott, réclamé par la société civile palestinienne et par des opposants israéliens de plus en plus réprimés, est la seule arme pacifique citoyenne dont nous disposons, puisque nos gouvernements sont engagés dans la collaboration avec le terrorisme d’Etat israélien. Ce qui est particulièrement grave pour nous tous. Pour les Palestiniens, privés de liberté depuis des décennies, pour les Israéliens transformés en brutes sans conscience et sans perspective, pour l’Europe qui s’abîme dans des relations privilégiées avec des criminels de guerre, pour les contribuables européens qui ne cessent de payer la facture des destructions israéliennes dans les territoires palestiniens, et pour la paix dans le monde, qui ne peut exister en même temps qu’une telle négation des valeurs de liberté et d’égalité.

Un seul parti a répondu positivement à cette demande : le NPA, Nouveau Parti Anticapitaliste (animé notamment par Olivier Besancenot).

Ses candidats se prononcent clairement pour le Boycott, le Désinvestissement et des Sanctions contre Israël, tant que cet Etat bafouera le droit international et les droits de l’Homme. La vidéo que voici montre que les candidats du NPA accordent leurs actes à leurs idées : http://www.europalestine.com/spip.php ?article4089 , et ceci est de plus en plus rare dans le monde de la politique.

C’est pourquoi EuroPalestine a choisi de les soutenir et de les encourager dans leur campagne, qui dénonce par ailleurs toutes les formes d’exploitation, de racisme, d’invasion et de pillages, en Europe comme dans le reste du monde.

Le Parlement Européen doit compter davantage d’élus capables de soutenir les droits du peuple palestinien, de ne pas céder aux pressions constantes exercées par le lobby.

En 2004, en l’absence de toute volonté politique de porter cette question cruciale de la Palestine, notre association, EuroPalestine avait présenté une liste de candidats dans la région d’Ile de France, malgré le coût énorme d’une telle opération (plus de 100 000 euros non remboursés, pour une seule des 8 circonscriptions). Une campagne très honorable malgré l’absence de couverture médiatique.
En 2009, nous sommes enfin relayés par un parti qui a plus de poids et de moyens que notre association. C’est bien sûr la conséquence de l’aggravation du massacre du peuple palestinien, en particulier les tueries perpétrées par l’armée israélienne à Gaza, qui ont révolté une grande partie de la population. C’est aussi parce qu’un nombre croissant d’hommes et de femmes, après les grandes manifestations de janvier, sont restés mobilisés, et participent activement à la campagne de boycott d’Israël dans toute l’Europe. Ils montrent l’exemple à ceux qui prétendent les représenter, mais qui sont le plus souvent absents quand il s’agit de s’opposer dans les faits à Israël et à ses soutiens.

En 2004, Dieudonné faisait partie de la liste EuroPalestine, parce que Dieudonné défendait des principes. Il s’était présenté contre le Front national à Dreux, et il avait eu le courage de monter au créneau contre les colons israéliens. Le lynchage médiatique, dont il fut alors victime, l’a amené à faire des choix que nous condamnons, et qui n’ont rien à voir avec la cause palestinienne. Nous l’avons dit publiquement dès notre rupture avec Dieudonné en septembre 2004. La Palestine ne saurait être un tremplin pour assouvir ses rancoeurs et encore moins un paillasson sur lequel on s’essuie les pieds en compagnie de racistes comme Le Pen. Comment peut-on s’afficher et faire équipe avec un politicien qui se vante d’avoir torturé en Algérie, qui reconnait aux Noirs le seul mérite de "courir plus vite", qui déteste autant les juifs que les arabes, et qui préconise l’expulsion de tous les immigrés ?

Il ne suffit pas de se dire "antisioniste" pour mériter la confiance de ceux qui réclament plus de justice. Les sionistes se frottent au contraire les mains d’avoir un tel "adversaire", grand ami de racistes et négationnistes. Les ennemis de nos ennemis ne sont pas toujours nos amis. Soyons cohérents : nous combattons le sionisme parce que c’est une forme de racisme, qui consiste à exclure tous ceux qui ne sont pas juifs d’une terre conquise par la violence. Ce n’est pas pour encourager d’autres formes de racisme.

Continuons à lutter ensemble, au nom des valeurs antiracistes qui sont les nôtres, en développant la campagne de boycott qui a pris un essor irréversible (voir sur notre site les actions menées à Strasbourg, à Nice, à Lille, à Lyon, à Bordeaux... mais aussi dans le reste de l’Europe) et en refusant que les Lieberman de tous poils décident de notre sort .



Amicalement, CAPJPO-EuroPalestine


link
 

Publié dans Elections Européennes

Commenter cet article