Infos du CE du 16 avril 2009 n° 2

Publié le par comité NPA Loire Nord

Infos du CE (comité exécutif) du 16 avril 2009 n° 2

Sommaire : 


 . Mouvement de grève à GDF-EDF
 . Les cartes NPA
 . Cotisations, ouvertures de comptes
 . La Gauche anticapitaliste européenne
 . Elections européennes : le  matériel
 . Elections européennes : les meetings « nationaux »
 . Elections européennes :  « irriguer » l’hebdomadaire (et le site) …
 . Répertoire NPA : les bonnes adresses
 
 Pièce   jointe
 . Formulaire de prélèvement  automatique des cotisations
 
 
 
 . Mouvement à GDF-EDF
 
  La grève à GDF-EDF est en train de s'étendre. De nouveaux services rentrent dans la bagarre. Les initiatives à la base fourmillent et dépassent largement les structures syndicales. Il y a à la fois une volonté de s'émanciper des organisations syndicales traditionnelles, une grande méfiance associées à une demande de leur présence  par souci d'efficacité.
 L'enjeu pour cette semaine est l'entrée dans le mouvement de secteurs stratégiques comme la Production (nucléaire, thermique et hydraulique) et le réseau électricité (RTE filiale 100% EDF).
 Les directions ont été obligées de commencer à négocier. Les premières propositions sont insuffisantes (prime de 450 euros, des avancements au choix très légèrement supérieurs à ceux de l'année dernière) mais laissent néanmoins envisager qu'il est possible d'obtenir des victoires.
 Le mouvement est tellement profond qu'il ne pourra s'éteindre sur des miettes.
 Les directions tentent de négocier de façon décentralisée pour mieux diviser, l'éclatement de nos boîtes en multiples filiales facilite évidemment cela. D'un autre côté, cela incite chaque centre à se mobiliser.
 La CGT est visiblement tiraillée à la base et au sommet entre on y va et on freine à mort. Même chose pour les autres fédérations. Les militants de SUD sont, le plus souvent, comme poisson dans l'eau. L'accueil du NPA est aussi très bon.
 Nous n'avons pas à hésiter à prendre contact, à multiplier les démarches de solidarité et aussi de favoriser les convergences que ce soit en tant que comité ou militant NPA ou militant syndical.
 
 
 
 
 
 
 
 . Cartes 2009, c’est parti
 
  Les cartes 2009 ont été envoyées dans les comités, il reste désormais à ce que chacun et chacune la prenne ou reprenne et à les faire remonter au national. L’adresse d’envoi n’a pas changé : NPA, 2 rue Richard Lenoir, 93 100 Montreuil.
 
 Il n’est pas inutile de rappeler que les talons de cartes demeurent le meilleur outil pour connaître la réalité des effectifs du NPA, la composition sociale de notre organisation, la composition hommes/femmes, la répartition entre les différentes classes d’âge.
 
 Lors du congrès, le NPA regroupait 9123 militant(e)s. Les attentes que notre création a suscitées, l’actualité sociale et politique de ce semestre doivent normalement aboutir à dépasser largement le cap des 10 000 camarades. Encore faut-il le concrétiser maintenant. Cela suppose de retourner voir toutes celles et tous ceux qui ont fait le choix d’être membre fondateur. Continuer à se tourner largement vers l’extérieur, continuer à ouvrir les portes des comités et pousser tous ceux et toutes celles qui sont intéressé(e)s à prendre leur carte doit être une préoccupation permanente.
 
 L’expérience accumulée avec les cartes de membres fondateur-trice-s a montré une certaine hétérogénéité dans le rapport aux cartes entre les différents comités. Plus ouvert ici, plus restrictif là, le double écueil entre la distribution sans limite de cartes d’une part et l’approche « phalange de fer » d’un parti de super militant(e)s doit être évité. Nos statuts provisoires indiquent la chose suivante : « Est membre du parti celui ou celle qui partage l'essentiel des principes fondateurs et adhère à un comité, c'est-à-dire prend sa carte, participe aux activités et aux réunions du parti dans la mesure de ses disponibilités, et verse une cotisation ».
 Sur cette base, adoptée lors de notre congrès fondateur, il faut se persuader de deux réalités élémentaires. Le premier est que le niveau d’engagement sera nécessairement à géométrie variable. Certain(e)s donneront plus de temps au NPA d’autres moins, il faut faire en sorte que chacun(e) puisse trouver sa place dans l’organisation. Tout le monde n’a pas vocation à être un pilier de son comité et c’est l’apanage des petites organisations d’être parfaitement homogène. Ce n’est ni notre choix, ni notre ambition.
 
 Un parti à vocation de masse doit être capable de saisir en son sein même les différents vecteurs de la radicalité qui traverse la société. Cela suppose en particulier de gagner celles et ceux que nous rencontrons déjà dans les syndicats, les associations qui ont un militantisme « visible » autour de nous. Beaucoup d’entre elles et d’entre eux continueront à avoir le cœur de leur activité en-dehors du NPA et alors ? Ils et elles participeront au rayonnement du NPA, démultiplieront sa surface et doivent pour cela trouver leur place en notre sein. Cela suppose aussi d’être capable de gagner celles et ceux qui n’ont pas encore d’expériences militantes. Des femmes, des jeunes de quartiers populaires, des salarié(e)s de petites boites qui n'ont pas forcément la même façon que les plus anciens d'entre nous de faire de la "politique" mais qui sont cœur de notre projet de développement.
 
 Les échéances électorales, parce qu’elles vont se traduire par des dizaines de réunions publiques, doivent être aussi l’occasion de renforcer le NPA.
 Alors…  au travail !
 
 
 
 . Cotisations, ouverture des comptes
 
 
  Notre association de financement, « NPA souscription » a été agréée par la CNCCFP, nous avons donc, désormais, une existence légale en tant que parti, les comptes peuvent commencer à fonctionner et l’argent remonter au national.


 Cotisations
 Le paiement des cotisations peut se faire de deux manières : soit par le versement à un compte local, soit par versement à « NPA souscription », le tout en respectant la grille votée par le dernier CPN (dans le compte-rendu envoyé à tous les comités).
    
 Le paiement à  « NPA souscription »
 
 Seul ce moyen permet la défiscalisation à hauteur de 66%. En clair, si vous payez 600 euros sur l’année (50 euros par mois), le montant de vos impôts est réduit de 400 euros (au final vous n’avez effectivement payé que 200 euros).
 L’utilisation de l’association de financement est à encourager car cela permet d’augmenter le montant des cotisations et donc la part nationale comme la part locale.
 Pour cela deux possibilités :
 - Par prélèvement : c’est le mieux d’un point de vue de la gestion. Les prélèvements auront lieu le 10 de chaque mois. Pour des raisons de frais de gestion, il ne doit pas y avoir de prélèvements inférieurs à 20 euros. Pour cela, remplir l’autorisation de prélèvement qui se trouve en annexe (joindre impérativement un RIB).
 
 ATTENTION : le compte bancaire doit être correctement  approvisionné.
 En cas de rejet du prélèvement par la banque, des frais seront mis par votre banque à votre charge et à celle du NPA (et c’est très onéreux).
 
 Les camarades de l’ex-LCR qui étaient en prélèvement doivent eux aussi remplir le nouveau formulaire et un rib (si possible maintenir le montant de leur cotisation). Merci à eux d’avoir accepté de continuer à être prélevé tout au long de ces 4 mois.
 
 
 - Par chèque : chèques libellés à « NPA souscription ». Il ne peut concerner que des paiements trimestriels, semestriels ou annuels. Le paiement mensuel par chèque est à proscrire. En effet, si 1500 militants le font, c’est centralement 18.000 chèques annuels à traiter.
 
 
 Que ce soit par chèque ou par prélèvement, les cotisations destinées à l’association de financement doivent passer par le trésorier concerné afin que ce dernier puisse calculer part locale et part nationale. Le trésorier doit  envoyer les formulaires et les rib à :
 NPA Trésorerie, 2 rue Richard-Lenoir  93100 Montreuil.
 
 
 
 Le paiement à un compte local (départemental de préférence)
 
 Le chèque est à l’ordre de l’intitulé du compte local, le trésorier fait remonter 50% des sommes collectées au national par un chèque libellé à NPA.
 
 
 
 
 Compte, ouverture de compte
 
 Rappelons que nous souhaitons, un minimum de comptes en banque ce qui suppose des regroupements entre comités. Dans l’ensemble cette préoccupation semble être prise en compte.
 Les comptes locaux qui ont fonctionné avant le 6 avril 2009 ne pourront pas être intégrés à la comptabilité du NPA (c’est une exigence de la CNCCFP). Le plus simple, si c’est le cas, c’est de les fermer et d’en ouvrir de nouveaux.
 
     Nous n’avons pas de recommandation particulière en ce qui concerne le nom de la banque. Les exigences pour ouvrir un compte, NPA XXX sont très variables d’une banque à l’autre, voire d’une agence à l’autre. Donc nous contacter à tresonat@npa2009.org après avoir vu la banque pour que nous puissions fournir les pièces nécessaires.
 
 
 
 Un numéro de téléphone est réservé aux trésoriers : 01 48 70 42 32
 Cette ligne téléphonique est exclusivement réservée aux trésoriers pour tout ce qui concerne les cotisations, la structuration des trésoreries locales, les ouvertures de comptes …
 
 
 
 
 . La Gauche anticapitaliste en Europe
 
  . La dernière conférence de la gauche anticapitaliste à Strasbourg constitué un pas en avant dans le rassemblement de la gauche anticapitaliste européenne. Des réunions ou conférences de ce type ont déjà eu lieu depuis une dizaine d’années, avec des haut et des bas, mais aujourd’hui, la situation internationale, et surtout la crise économique, conduisent à renforcer les coopérations et les liens entre tous les anticapitalistes.
 Le succès de cette conférence est aussi lié à un « effet NPA » sur toute la gauche européenne.
 A Strasbourg, étaient représentées les organisations suivantes : le « Bloco de Esquerda »du Portugal, « Izquierda Anticapitalista » de l’Etat espagnol », « Sinistra critica » d’Italie,« Syriza »  et « Antarsia » de Grèce, le « Parti Polonais du travail »,l’ISL » et le « RSB » d’Allemagne, la « Gauche Anticapitaliste » et le « Mouvement pour le Socialisme » de Suisse, la « LCR » et le « PSL » de Belgique, le « SWP » de Grande Bretagne, le « Socialistiska Partiet » de Suède.
 « L’Interventionistische Linke » d’ Allemagne, le « POR » d’Espagne, le « SP » de Grande  Bretagne et le « SSP d’Ecosse »  n’ont pu participer à la réunion et ont envoyé des messages de solidarité.
 La conjugaison de la crise économique, des résistances sociales et de l’évolution social-libérale de la gauche traditionnelle, créent de nouveaux espaces pour la gauche anti capitaliste européenne. De nouvelles forces ont émergé et se sont développées ces dernières années.
 . Cette conférence a montré une approche commune des diverses organisations, d’abord sur l’analyse de la crise économique et les moyens d’en sortir. Pour combattre le chômage, la pauvreté, et instaurer de nouvelles régulations ou s’attaquer aux paradis fiscaux, il faut s’en prendre au noyau dur du capitalisme, imposer une redistribution des richesses au profit du plus grand nombre et remettre en cause la propriété capitaliste. La crise ne résulte pas seulement d’excès de la « financiarisation » ou de spéculations boursières, elle est la conséquence du profit et de la propriété capitaliste.
 . Les anticapitalistes ont aussi insisté sur la nécessité d’un plan d’urgence social, démocratique et écologique, à l’échelle européenne ; Un plan qui refuse les licenciements, augmente les salaires, impose l’harmonisation des droits sociaux  vers le haut, instaure un système bancaire et financier public sous contrôle populaire, défende les services publics, et en particulier propose des grands ,travaux publics écologiques dans le domaine du transport et de l’énergie. L’échelle européenne est le bon niveau de réponse, en termes de politiques économiques, sociales, fiscales pour répondre à la crise capitaliste. L’échange entre représentants du maximum de pays d’Europe est indispensable pour la concrétisation et la formulation des revendications. Comment formuler la revendication de « salaire minimum européen » lorsque dans certains pays-la Suède, l’Allemagne- la revendication de salaire minimum est en deçà du niveau de salaires négociés dans les conventions collectives. Quel niveau de salaire minimum, lorsque les salaires minimum au Portugal et en Pologne sont de 450 euros, quand l’Italie n’a pas de salaire minimum. Sinistra Critica vient de mener une campagne pour une loi imposant un salaire minimum Ce salaire serait  ajusté à 1000 Euros. Nous sommes restés sur une formule générale qui lie l’exigence d’un salaire minimum européen à l’harmonisation des droits sociaux vers le haut.
 . Enfin, la conférence a réaffirmé l’incompatibilité entre programme anticapitaliste et la participation ou le soutien à des coalitions social-libérales avec la social-démocratie ou le centre gauche, notamment sur la base de la faillite des expériences de la gauche plurielle en France et du gouvernement Prodi en Italie. Cette question est décisive. Elle sépare les organisations de la gauche anticapitaliste réunie à Strasbourg des organisations comme le PCF, le PCE, Refondation communiste d’Italie qui soutiennent ou ont soutenu ou même participé à des coalitions gouvernementales, parlementaires ou de gestion des grandes villes avec les partis socialistes ou le centre gauche. Cette question sépare aussi le NPA qui défend une ligne d’indépendance nette vis-à-vis du PS et « Die Linke », le parti de la gauche d’Allemagne qui gère l’exécutif de la capitale, Berlin, et se prononce pour un accord politique avec la social-démocratie.  Il faut aussi noter la position de Refondation communiste d’Italie qui vota au parlement italien pour le maintien et l’envoi de troupes italiennes en Afghanistan. La direction de Die Linke  s’est aussi distingué par son refus  de soutenir la résistance du peuple de Gaza contre l’intervention militaire israelienne.
 Au niveau européen les rythmes de la construction de la gauche anticapitaliste sont fort inégaux, comme le sont les rapports de forces et les histoires dans les différents pays. Des partis venant d'une tradition réformiste s'en approchent. D'autres, de tradition anticapitaliste, cherchent  parfois des liens avec le Parti de la gauche européenne, fortement marqué actuellement par Die Linke (où la tradition d'un parti d'Etat, institutionnalisé, reste très pesante). Si tous les participants à la conférence sont unis dans leur refus de participer à des coalitions social-libérales, il faut noter des différences en son sein, particulièrement entre le NPA et le Bloco de Esquerda  portugais ou Synaspismos de Grèce sur les rapports de cette gauche anticapitaliste avec des forces réformistes de gauche comme Die Linke ou les ou les partis communistes. Le NPA estime que les anticapitalistes ne peuvent construire une alternative politique avec des partis qui participent à des coalitions social-libérales.
 . Là aussi, la conférence a été des plus utiles pour faire le point sur la situation sociale et politique en Europe. Des grandes journées d’action ou des grandes manifestations ont eu lieu, en Grèce, au Portugal, en Italie -malgré le berlusconisme- en France. En Allemagne et en Angleterre, des secteurs du mouvement syndical et du mouvement altermondialiste ont organisé une série d’initiatives et de manifestations. Il ya donc résistance mais dans une série d’autres secteurs, il y a la crainte de la crise, et les salariés acceptent pour sauver leur emploi… de bloquer par exemple les  salaires. C’est ce qui s’est passé à la SEAT en Catalogne, où les ouvriers ont approuvé lors d’un référendum les plans du patronat soutenu par les directions syndicales social-libérales. A noter aussi les réactions xénophobes et raciste qui peuvent monter dans des pays comme l’Italie, l’Angleterre ou certains pays d’Europe centrale. La situation est  donc contradictoire mais à la différence d’autres crises, les travailleurs ne sont pas abattus, démoralisés. Il ya de réelles capacités de résistance.
 . Bien entendu, les développements de la gauche anticapitaliste sont, aujourd’hui, inégaux en Europe. Ils sont souvent liés au niveau des luttes et des résistances sociales, mais les anticapitalistes constituent une force politique réelle. Parmi les organisations les plus significatives : le Bloc de gauche portugais organise plusieurs milliers d’adhérents et a obtenu 7 députés et plusieurs dizaines de conseillers municipaux. Les deux coalitions grecques – Syriza et Antarsia - regroupent aussi plusieurs milliers de militants qui ont soutenu activement la révolte de la jeunesse grecque. Le Parti Polonais du travail s’est constitué au travers des syndicats de plusieurs dizaines de milliers de mineurs de charbon, et s’attèle aujourd’hui à la construction d’un parti des travailleurs. Le SWP anglais a joué un rôle important dans les mobilisations anti-guerre. En Espagne et en Italie, Izquierda anticapitalista et Sinistra critica se sont construites en s’opposant à la droite mais aussi en s’opposant à la politique du parti communiste espagnol et de Refondation Communiste d’Italie qui soutienne ou ont soutenu les gouvernements du parti socialiste ou du centre gauche.
 . Nombre de ces organisations vont se présenter lors des prochaines élections européennes, mais au-delà de ces échéances électorales, ce sont des organisations qui constituent d’ores et déjà des points d’appui décisifs pour avancer dans la perspective d’un pôle anticapitaliste européen. Les contacts et les relations vont se multiplier. Dans les principaux meetings de la gauche anticapitaliste européenne, des représentants des organisations de la conférence de Strasbourg peuvent intervenir. Nous avons aussi proposé à nos partenaires une coordination des militants confrontés aux mobilisations contre les suppressions d’emploi. Nous avons proposé que les militants anticapitalistes de « Continental Europe » se coordonnent. Dans l’avenir, il faudra poursuivre ces relations, sur des thèmes transversaux ou sur des questions sectorielles pour approfondir les relations entre les organisations.  L’enjeu est décisif : construire une nouvelle force anticapitaliste en Europe.
 
 
 
 . Elections européennes : le  matériel
 
  Les 4 affiches thématiques et l'affiche générique sont sous presse et vous seront envoyées à partir de la semaine prochaine (ils sont visibles sur le site sous 24h).
 
 Les modèles de meeting sont en cours d'édition :
 - une affiche grand meeting candidat + OB
 - une affiche meeting candidat
 
 Ils seront déclinés en noir et blanc, en « In design », et même en Word pour les tracts. La police de caractère et les illustrations seront jointes. Il vous restera à changer, les jours, lieux, heures etc...
 Tout ceci sera disponible au fur et à mesure sur l'espace de téléchargement du site http://www.npa2009.org/telechargements
 Le reste du matériel suivra : pour l'inventaire du matériel prévu, voir la circulaire de le semaine dernière.
 Les sites Internet sont prêts : npa-européennes2009.org/nomdelarégion. Les correspondants locaux les « remplissent » et dès que c'est présentable, ils seront rendus publics.
A noter, également sur l'espace « téléchargement » un diaporama sur « leur Europe et la nôtre » réalisée par Raoul Jennar.
 On va pouvoir également trouver sur le site en téléchargement un pack avec autocollants, banderoles, slogans….
 
 On incite également les différents comités, villes et régions à mutualiser les idées de slogans, animations, etc … sur echangescomites@npa2009.org
 
 
 
 
 . Elections européennes : les meetings « nationaux »

  . Lyon (Vénissieux) : lundi 11 mai (sous réserve) circonscription sud est
 . Bordeaux : mercredi 20 mai circonscription sud ouest
 . Lille : vendredi 22 mai circonscription Nord ouest
 . Nancy : lundi 25 mai circonscription est
 . Nantes : mardi 26 mai circonscription ouest
 . Guéret : mercredi 27 mai circonscription centre
 . Marseille : vendredi 29 mai circonscription sud est
 . Corse (Bastia) : samedi 30 mai (sous réserve) circonscription sud est
 . Toulouse : mardi 2 juin circonscription sud ouest
 . Rouen : mercredi 3 juin circonscription nord ouest
 . Paris (Montreuil) : jeudi 4 juin circonscription Ile de France
 
 Se rajoutent les meetings européens (encore sous réserve)
 Portugal (Porto) : vendredi 8 mai
 Espagne (Madrid et/ou Barcelone) : samedi 9 mai
 Pologne : (lieu à déterminer) :samedi 16 mai
 
 
 
 
 . Elections européennes : penser à « irriguer » l’hebdomadaire…
 
 
  Dans les semaines à venir, notamment en Mai,  votre hebdomadaire favori - « Tout est à nous ! » (comme, d’ailleurs, le site du NPA…) - se fera l’écho de la campagne menée par le NPA pour les élections au Parlement Européen.  Ainsi, « Tout est à nous ! » reviendra sur les listes présentées dans les 7 circonscriptions métropolitaines, les têtes de liste, les propositions et arguments du NPA ainsi que des articles éclairant les campagnes menées par d’autres organisations de la gauche anticapitaliste (avec lesquelles le NPA entretient des relations solidaires) dans différents pays européens.
 « Tout est à nous ! » souhaite également rendre compte des meetings, rencontres et initiatives prises dans les différentes villes, départements et régions par les équipes NPA dans le cadre de cette campagne.
 Pour y parvenir, nous ne pouvons compter que sur les remontées venues des équipes régionales et locales du NPA.
 Donc, n’hésitez pas à faire remonter informations, propositions d’articles, photos, etc… à l’adresse suivante : redaction@npa2009.org
 De même, si vous souhaitez faire connaître  (dans l’hebdo et sur le site) les réunions publiques locales,  n’hésitez pas à nous les communiquer ….
 
 
 . Répertoire NPA : les bonnes adresses
 
  L’annuaire interne du NPA se complète peu à peu au fur et à mesure que se constituent les équipes...
 Voici donc un recensement  des principales adresses NPA, indiquant à qui s’adresser en fonction de la nature de la demande.
 - faire une demande particulière : ecrire@npa2009.org
 - envoyer une info sur une lutte sociale et joindre la CILT (commission d'intervention sur les lieux de travail) : infolutte@npa2009.org
 - les cartes : carte@npa2009.org
 - demander du matériel (affiches, autocollants, drapeaux...) : materiel@npa2009.org
 - Télécharger  des gabarits, logos, banderoles... sur le site : www.npa2009.org/telechargements
 - faire passer une annonce pour l'agenda sur le site/journal : agenda@npa2009.org
 - proposer une vidéo : video@npa2009.org
 - faire une demande informatique (listes, site...) : testnpa@gmail.com
 - Faire une proposition à la rédaction de nos médias : redaction@npa2009.org
 - S'adresser à la diffusion de « tout est à nous » : diffusion.presse@npa2009.org
 - Finances européennes : europfinances@npa2009.org
 - S'adresser à la trésorerie nationale : tresonat@npa2009.org
 

 Bonne lecture …

Publié dans Comité Exécutif

Commenter cet article