Commission Nationale Santé, Sécu, Social du NPA 28 mars 2009 La première réunion nationale santé sécu social a a eu lieu le 28 mars 2009

Publié le par comité NPA Loire Nord

Compte rendu de la première réunion de la commission nationale

                      Santé, Sécu, Social du NPA 28 mars 2009

La première réunion nationale santé sécu social a a eu lieu le 28 mars 2009. 35 camarades y ont
participé certains ne venant que le matin et quelques uns venus l’après midi
Une militante de Besançon, non membre du NPA, était observatrice de la fraction l’Etincelle.
Etaient présents : Paris et région parisienne, Rouen, Lyon, Toulouse, Agen, Bordeaux, Tours,
Quimper, Vannes, Besançon, Saint-Nazaire.
L’objectif de cette première conférence du NPA était triple :

1) faire le point sur l’actualité dans le secteur à la lumière du contexte général et aussi des
mobilisations du secteur (loi Bachelot, psychiatrie, convention collective66)
2) organiser des ateliers par thèmes plus spécifiques (santé, sécurité sociale, psychiatrie, social)
3) mettre en place un dispositif pour le secteur dans le NPA (commission nationale, régionale,
listes de diffusion…
)

1er point)
Après présentation de l’actualité du secteur (Moustapha, Jean-Marc, Bernard) un débat s’est déroulé
sur toute la matinée :
Les principaux points abordés dans la discussion ont été les suivants :
Quelle appréciation de la loi Bachelot dans le grand public et parmi les salariés du secteur ?
Certains camarades estiment que globalement l’idée que cette loi est dangereuse pour l’hôpital
public est passée, et que l’on a vu cette préoccupation dans les cortèges du 29 janvier et 19 mars.
D’autres ont exprimé cependant que Bachelot avait réussi à enfumer son monde en pointant sur
l’alcool et les jeunes par exemple. En tout cas cette loi n’a pas encore été confrontée à une
mobilisation à la hauteur des enjeux, notamment dans le secteur public concerné et que cela
nécessitait d’aller plus dans le détail de l’analyse.
Nous avons constaté une grande inertie des directions des fédérations et confédérations syndicales
pour s’opposer à ce projet (peu d’informations par exemple) et une volonté de refuser l’unité dans
l’action l‘exemple des manifs unitaires d’établissements du 29 janvier dans quelques villes qui
n’ont pas été reproposées le 19 mars en témoigne, ainsi que le fait que bien souvent ce sont nos
tracts NPA qui ont ‘’annoncé’’ les appels à manifestations (exemple de la région parisienne)
Cela semble entrainer des réactions de plus en plus importantes à la base notamment dans les
équipes syndicales de la CGT phénomène qu’il faudra observer avec attention.
Un point particulier a concerné la mobilisation contre le démantèlement de la convention collective
66 du secteur médico-social que propose le patronat du secteur avec les contradictions syndicales
que cela entraine. Globalement SUD très actif contre le projet avec un soutien affiché aux collectifs
départementaux de défense de la 66, la CGT qui hésite et les autres, notamment la CFDT, qui sont
prêts de signer.
Certains camarades ont fait remarquer que la mobilisation gréviste avait été plus forte sur l’interpro
du 19 mars par exemple que le 5 mars dans le secteur santé seul et que cela témoigne sans doute du
sentiment de la nécessité d’un tous ensemble à construire contre une politique d’ensemble.
Cela a amené à avoir une réflexion sur les modes d’action à réinventer. On a même entendu parler
de réfléchir aux grèves du 21eme siècle !
Donc questions sur les blocages, la grève du PMSI, etc…
Questions que l’on retrouve d’ailleurs au niveau national autour de comment construire ce tous
ensemble..
La question de l’évolution des formations a été pointée, que ce soit en médecine que dans les
professions paramédicales avec l’apparition de l’apprentissage.
Enfin la nécessité d’avoir dans notre presse et tracts une approche en termes de réponse politique
anticapitaliste face à Sarkozy a été abordée.
Au total une discussion riche qui a montré que les militants du NPA sont présents dans les
principales bagarres et réflexion.qui traversent le mouvement social.

2eme point)
4 ateliers se sont tenus sur la psychiatrie, le social, la sante, et la sécurité sociale.
Objectif : faire le point sur les secteurs en questions et voir comment cela pouvait s’articuler avec
la campagne européenne en terme d’argumentaires concrets.
Pour l’atelier social, le principal point qui a été débattu avec notamment des camarades de la PJJ, du
service social scolaire, d’un conseil général et du médico –social a été celui de la grande diversité
des cadres du social avec des liens variés avec la santé : très étroits pour le médico-social
(établissements autour du handicap par exemple) avec cadre syndical commun, jusqu’ à des secteurs
plus axés sur l’éducatif, la justice des mineurs et confrontés aux approches sécuritaires et aux
évolutions en terme de marchandisation via les directives européennes sur les services.
Il en ressort que le social fait partie du périmètre de la commission mais qu’il va au-delà et qu’il
faut imaginer un mode d’organisation prenant en compte ces spécificités et aller vers des
articulations avec d’autres comme par exemple la commission handicap ou la commission quartiers
populaires.
Il en ressort également des liens à mettre en évidence sur les projets de la commission européenne
en terme de libéralisation des services sociaux d’intérêt général (SSIG) .
Pour l’atelier psychiatrie
Un tour a été fait de la situation dans les établissements, la mise en place des « enveloppes »
sécuritaires suite au discours de Sarkozy.
Il en est ressorti la nécessité d’avoir une réflexion sur la psychiatrie et les propositions que nous
pouvons faire.
Une liste de diffusion (ouverte à tous ceux que cela intéresse) est proposée.
Propositions d’organisation
Commissions et secteurs professionnels sécu / santé/ social
1) Objet et délimitation du champ des commissions sécu/santé/social.
Les commissions locales départementales ou régionales et la commission nationale se fixent un
double but
a) En tant que commissions thématiques, elles contribuent à la réflexion et à
l’intervention de l’ensemble du NPA sur les questions de santé, de protection et
d’action sociale.
Elles sont à ce titre ouvertes non seulement aux professionnels de ces secteurs membres du NPA,
mais à l’ensemble des militant(e)s intéressés par ces questions, en particulier membres de comités et
associations d’usagers ou agissant sur ces questions.
b) En tant que commissions de secteurs professionnels, elles s’adressent à l’ensemble des
militants du NPA travaillant dans ces secteurs, en vue de favoriser leur intervention
sur leur lieu de travail, de la coordonner avec celle des autres militants de ces secteurs.
c) L’existence d’une commission unique sur ces 3 thèmes est justifiée par la complémentarité
et l’imbrication des questions de santé de protection sociale et d’action sociale.
Il est toutefois nécessaire, qu’au sein des commissions , chacun des 3 secteurs dispose d’une
autonomie relative pour débattre et coordonner plus concrètement l’action des militants.
(temps de réunion spécifique, listes de diffusion et matériel spécifiques)
Ces commissions s’adressent à tous les militants du NPA travaillant dans le secteur de la santé
(etablissements d’hospitalisations, professionnels libéraux) , de la protection sociale (Sécurité
Sociale organismes mutualistes et assurances complémentaires).
En ce qui concerne le social, la situation est plus complexe. Si les militants travaillant dans le
médico social trouveront tout naturellement leur place dans ces commissions le champ du « social »
est extrémement divers, et recoupe d’autres champs. Les militants peuvent juger plus utile la
participation à d’autres commissions (par ex « quartiers populaires »).
C’est donc en fonction de l’intérêt qu’à pour eux le lien avec le secteur sécu/santé/social que les
militants se détermineront.
Enfin sur les questions de prévention de la maladie, de « vivre en bonne santé » il faudra travailler
avec la commission écologie. Sur des questions comme le médicament, un lien devra exister avec
les camarades travaillant dans la chimie….
2) Commission nationale et commissions nationales locales et départementales.
Un consensus s’est dégagé au cours de la réunion pour s’engager partout dans la création de
commissions « de terrain » sur une base locale départementale ou régionale en fonction des
réalités. La perspective étant la création de commissions régionales.
La commission nationale ne peut exister que sur la base de cette organisation régionale.
L’équipe provisoire d’animation est chargée de favoriser la mise en place de ces structures, en
particulier dans les régions qui n’étaient pas représentées à la réunion.
Les commissions définiront en fonction de leurs besoins leurs rythmes et modalités de
fonctionnement.
Elles devront désigner en leur sein une « équipe d’animation » qui aura à la fois pour rôle d’être en
contact avec les militants de la région, et d’assurer le lien avec la commission nationale, de préparer
et de convoquer les réunions régionales, d’être en lien avec les instances du NPA et sa presse….
Le rôle principal des commissions est de favoriser l’intervention des militants sur leur lieu de
travail.
Soit en favorisant la création là ou c’est possible de comités du NPA sécu santé social discutant
collectivement de l’intervention des militants.
Soit en permettant de discuter dans le cadre de commissions locales départementales ou régionales
de l’intervention de militants « isolés ».
Ainsi de permettre à tous d’avoir accès à des informations et à un cadre collectif pour débattre de
leur intervention.
L’idéal serait que chaque équipe d’animation comporte au moins un(e) camarade du social, de la
santé et de la sécu.
Un ou deux membres selon la réalité de la commission participeront à la commission nationale.
Ils pourront y être porteurs, des réflexions, des propositions des projets des militants des secteurs.
Il faudra définir le nombre de participants à la commission nationale en fonction d’impératifs
financiers, mais aussi de possibilité de travail et d’élaboration.
Il faudra également veiller à la composition globale de la commission pour qu’elle soit
représentative
- des 3 secteurs professionnels
- d’une répartition hommes femmes tenant compte de la réalité très majoritairement féminine
des secteurs.
- De la diversité des professions
- De la diversité du NPA.
Chacun(e) est conscient(e) que cette construction nécessitera du temps. La commission nationale se
mettra en place progressivement. Mais il est néanmoins nécessaire d’avoir une certaine stabilité,
condition d’un travail collectif dans le durée. C’est pourquoi il est demandé que des camarades
soient désignés pour participer à la commission, pendant une certaine durée (avec remplacement
possible en cas d’impossibilité)
L’ancienne équipe du secrétariat LCR élargi avait pour mission de préparer et d’organiser cette
réunion. Sa tâche est donc terminée.
La commission a désigné une « équipe d’animation provisoire » de membres chargée de faire vivre
la commission nationale et d’assurer les différentes tâches indispensables, jusqu’à la prochaine
réunion.
- organisation à partir des commissions régionales le recensement des militants du secteur.
-Relations avec « tout est à nous » (hebdo et mensuel) , rédactions d’articles.
- relations avec le CPN et l’éxécutif du NPA (rôle des militants du secteur membres du CPN)
- préparation de l’université d’été
- suivi de la construction des secteurs professionnels et des commissions régionales
-création et organisation des listes de diffusion. Un premier échange à préciser à eu lieu sur ce
point.
- rédaction mensuelle de « feuilles de secteur » nationales. 1 pour la sécu. 1 pour la santé.
Pour le social (à discuter)
-rédaction d’une lettre d’info interne au NPA, envoyée à la fois aux militants du secteur et aux
instances du NPA.
-organisation du débat interne.
Composition actuelle de l’équipe provisoire d’animation.
Conférence annuelle des militants du secteur
Le souhait d’une conférence annuelle permettant de réunir l’ensemble des militants du secteur a été
exprimé. Il faudra en discuter avec les instances pour le financement
Budget de la commission.
Afin d’assurer son fonctionnement, l’allocation d’un budget de la commission sera demandé au
CPN.
Un membre de l’équipe nationale d’animation devra assurer la trésorerie de la commission et le lien
avec la trésorerie nationale.
Un premier échange a eu lieu sur le plan de travail de la commission.
Les propositions suivantes en ont émergé :
- objectif de réaliser un projet de programme ou de manifeste du NPA sur les questions de santé de
sécurité sociale d’action sociale. Il s’agirait d’élaborer d’ici la fin 2009 un document concrétisant et
précisant les quelques pistes présentent dans les documents du congrès de fondation. Ce projet
serait alors soumis à la discussion de l’ensemble des militants, comités et instances du NPA.
Différents points à travailler ont été évoqués.
Quelle protection sociale ? une sécu « autogérée » comment
Quelle organisation du systéme de santé. Place des praticiens libéraux
les politiques sécuritaires (dans le social et la psychiatrie). La psychiatrie.
Place et rôle du secteur non lucratif (mutualiste, associatif, établissements privés non lucratifs…) ,
des usagers et de leurs associations
- 4eme age, « services à la personne »
- Réforme des formations.
- santé au travail, et environnement ….(en lien avec la commission écologie)
- les trusts pharmaceutiques, les politiques du médicament
- Les politiques sécu/santé/social dans le cadre international….
Il serait souhaitable que des maintenant des camarades se désignent pour travailler sur ces questions
et d’autres… Un travail collectif est indispensable.
Une prochaine réunion de la commission est fixée à juin (date à préciser compte tenu du calendrier).

Commenter cet article