Commission Ecologie

Publié le par comité NPA Loire Nord

Le NPA s'est doté d'une commission écologie, nous vous livrons la première circulaire mise au point :

Au sommaire de cette circulaire :

I.                    Compte-rendu de la commission écologie (Paris, le 09 mars 2009)

II.                 Compte-rendu de la commission écologie du CPN

III.               Invitation des comités de Normandie à une réunion consacrée à l’EPR.

IV.              Communiqué NPA-Mouvement des Objecteurs de Croissance-Parti pour la Décroissance.

V.                 Contribution sur la campagne climat.

+ pièces jointes :

-analyse du paquet climat-énergie de l’Union Européenne

- Proposition d’argumentaire sur EPR et nucléaire (à compléter, retravailler…)

 

 

 

I.                  Compte-rendu de la commission écologie (Paris, le 09 mars 2009)

1)      Compte-rendu du CPN : voir compte-rendu spécifique ci-après.

 

2)      Campagne EPR : pour le moment, pas de réelle discussion au sein du CPN ou des comités locaux. Le réseau Sortir du Nucléaire a organisé une 1ère réunion locale, mais pas encore d’initiative nationale en vue. Une réunion des comités NPA de Normandie se tient le samedi 21 mars à laquelle participera également Muriel du 94 (voir invitation après). On tâchera de tracer des perspectives à partir de cette réunion. Un 1er argumentaire a été rédigé, qui reste à enrichir (voir pj).

 

3)      Campagne climat. Une contribution a été déposée sur le sujet au CPN (voir pj). Il faut maintenant que la commission écologie travaille plus profondément à des propositions pour cette campagne. L’AG des mouvements sociaux du forum social mondial a inscrit la mobilisation de Copenhague dans son agenda. Nous décidons de prendre rapidement contact avec nos camarades de l’Alliance Rouge et Verte du Danemark pour voir ce qui se prépare sur place.

Vous pourrez également lire en pj un texte de Laurent sur le paquet énergie-climat de l’UE.

 

 

4)      Campagne européenne. Parmi les têtes de listes qui ont été désignées au CPN, un camarade participe à la commission écologie (RM. Jennar dans le sud est) et un autre à la commission agriculture (C. Nguyen dans le centre).

Nous allons rapidement avoir un travail d’élaboration à fournir, tant du point de vue des argumentaires que de l’écriture de la brochure du NPA. Nous proposons d’axer sur trois points : énergie et climat ; agriculture et pêche ; transports. Par ailleurs d’un point de vue plus transversal, il nous faut prendre à bras le corps la question de la crise industrielle, en particulier concernant la branche automobile pour laquelle le NPA ne peut en rester à une stricte défense de l’appareil industriel existant ; or sur ce point on se doit d’approfondir notre discours et nos revendications.

On prévoit rapidement une rencontre de la commission écologie avec l’équipe de campagne. D’ors-déjà, nous faisons appel aux bonnes volontés pour travailler sur les documents européens du NPA…

 

5)      Rencontre avec les objecteurs de croissance. Un communiqué commun a été rédigé. (voir plus loin). La rencontre, si elle a donné lieu à de nombreux échanges, ne débouche pas sur une quelconque alliance pour le moment, mais les débats se poursuivront à l’avenir.

 

6)      Projet d’un week-end de formation écologie en région parisienne. Au vu du calendrier chargé jusqu’en juin, nous reportons en septembre.

 

 

II.               Compte-rendu de la commission écologie du CPN

 

La Commission s’est réunie samedi à deux reprises à 13H et à 20H : elle a rassemblé une vingtaine de camarades du CP N souhaitant en faire partie, ce qui couvre une ventail géographique comprenant l’ensemble des régions. Deux membres de cette commission sont élus au comité exécutif, Raoul (66) et Catherine (38)

La commission a abordé les textes soumis au CPN, les perspectives de campagne écologie de l’organisation, l’université d’été et les modalités d’organisation de la CNE. Elle a soulevé la nécessité de préparer des argumentaires précis mais accessibles à tous, accompagnés des propositions du NPA, sur les questions et problèmes écologiques. Elle a également acté le besoin de formation ressenti par les militants.

S’agissant des textes, de nombreux camarades ont souligné les  faiblesses tant de la résolution politique que de la résolution européennes sur les questions écologiques, et la nécessité d’amendements. Des amendements ont été proposés lors du débat en commissions des textes. Sur la résolution politique, compte tenu de l’absence de modification notable sur ce point de la  résolution politique soumis le dimanche en CPN, un débat a été soulevé en plénier et un amendement substantiel a été présenté qui doit être intégré au  texte. La dimension écologique est souvent omise dans les textes, ce qui rend nécessaire l’envoi rapide des textes et la soumission de ceux-ci aux instances nécessaires. Il est difficile d’intégrer, d’une manière cohérente, l’écologie dans l’urgence, étant donnée que celle-ci est une dimension transversale aux débats, et ne peut pas être simplement résumée en un paragraphe appart.

S’agissant des campagnes, ont été abordés notamment la question des OGM, du nouvel EPR et de la mobilisation sur le climat avec l’échéance de Copenhague fin 2009. Un accord s’est dégagé sur la nécessité de se battre pour une campagne large et unitaire sur le second EPR, et de s’inscrire pleinement dans la préparation de Copenhague, avec pour l’heure une difficulté ; l’absence de fixation des modalités de cette mobilisation. On ne sait pas encore pour l’heure si une grande manif va être organisée à Copenhague.

En ce qui concerne l’université d’été, il est proposé que la CNE co-organise avec la commission entreprises et la commission agriculture, une filière et un forum central sur emploi et écologie où pourraient être abordées les questions suivantes : automobile, agriculture/pêche, chimie, nucléaire et forum sur le climat. Une proposition précise sera envoyée prochainement sur la liste animation écologie pour échange.

En ce qui concerne l’organisation de la CNE qui doit être élue par  le CPN lors de sa prochaine session normalement, il est proposé dans la continuité des décisions de la réunion nationale écologie de fin 2008 :

  • D’élire comme membres de la CNE : les membres se réunissant à Paris tous quinze jours (c'est-à-dire Ile de France + Chartres) et les membres du CPN concernés (lors de chaque CPN, la CNE se réunirait donc avec les membres du CPN plus les membres franciliens pouvant s’y joindre. Ceci permet d’élargir géographiquement considérablement la commission actuelle. En tout état de cause, la commission a un rôle de centralisation, de proposition, d’impulsion mais pas de direction. D’autre part, un certain nombre de commissions écologie locale, départementale ou régionale sont en train de se mettre en place ou existent déjà.
  • Deux listes électroniques existent : une liste animation CNE plus large que les seuls membres de la CNE qui permet de discuter de toutes les propositions, de faire circuler les informations, les comptes-rendus de réunions locales, etc...
  • D’organiser annuellement une réunion nationale écologie en se donnant les moyens de le faire dans un endroit différent à chaque fois.

 

Un échange est organisé sur ces propositions sur la liste animation écologie d’ici  le prochain CPN afin de pouvoir prendre une décision à cette occasion

 

 

 

III. Invitation des comités de Normandie à une réunion consacrée à l’EPR.

 


> Cher-e-s Camarades,
>
> Après maints efforts, une date avait été trouvée pour la Commission Régionale Ecologie (CRE276) du NPA,
> Samedi 21 mars 14h00-16h00 au local du NPA à Rouen.
>
> La situation ouverte par l'annonce de l'EPR de Penly nous pousse à modifier le caractère de cette réunion ainsi que sa nature. En effet, nous ne pensons pas que la question de l'EPR soit une question uniquement écologique. Ce problème doit être débattu et pris en charge par tout le Npa en particulier dans notre région puisque nous allons être en première ligne. Cette réunion prendrait donc un caractère plus national
> Aussi, nous maintenons la date du 21 mars et nous invitons
> -- les camarades qui souhaitent s'investir dans la CRE276
> -- les camarades des commissions entreprises
> -- des camarades représentants les structures de coordination dont s'est doté le NPA régionalement, localement
> -- les camarades du CPN de la région mais aussi d'autres
> -- des camarades de la Commission Nationale Ecologie
> Nous proposons un ordre du jour (provisoire) autour des questions suivantes
> 1 - le nucléaire et la crise du capitalisme
> 2 - le nucléaire français et la question de l'emploi
> 3 - quel service public de l'énergie et la crise de l'énergie
> 3 - quelle lutte contre l'EPR
> 4 - quelle parole porte le NPA dans et hors les entreprises (rappelons que comme à Toulouse, ce sont les travailleurs qui travaillent dans l'entreprise qui en sont les premières victimes)
> 5 - l'EPR et les alliances politiques locales
> 6 - le point sur les anti-nucléaires, sur le mouvement ouvrier
>
> Ce ne sont évidemment que des propositions qui doivent être affinées. Mais nous voudrions qu'il ressorte de la réunion des choses très concrètes et pourquoi pas y faire des travaux pratiques (rédaction tract Npa, modèle d'affiche etc ...).
> Une petite partie courte en fin de réunion sera consacrée à la mise en place de la CRE.
>
> Selon le nombre de participants et l'ordre du jour retenu, la réunion devra sans doute durer plus de 2 heures et pourra s'étendre au samedi entier (dans ce cas il serait souhaitable que les camarades qui arriveraient de loin viennent la veille)
>
> Dans un premier temps, nous vous demandons de retenir la date, nous faire savoir qui viendra en écrivant à
>
npa.rouen-agglo@orange.fr avec CRE dans le sujet
> nous transmettre les noms des camarades du CPN qui viendront ainsi que ceux ou celles d'autres régions.
>
> Nous souhaitons aussi que ce point soit soulevé au CPN.
>
> Bien Npa-cordialement
>
> Dominique (en accord avec Irène et Pascal)

 

 

 

IV Communiqué NPA-Mouvement des Objecteurs de Croissance-Parti pour la Décroissance.

 

Pour la première fois, nos trois organisations se sont rencontrées afin de mieux se connaître, d’échanger sur le fond politique les propositions des uns et des autres, et envisager d'éventuelles  collaborations ultérieures.

Cette rencontre était à l’initiative de Paul Ariès, objecteur de croissance indépendant. Il n’a pas participé à cette réunion. Sa proposition, publiée dans Politis de proposer une tête liste Décroissance dans une région pour les européennes n’a pas de l’avis de tous semblé satisfaisante.

 Le NPA a d’abord exprimé sa forte volonté de travailler avec le MOC et le PPLD sur deux niveaux :

1)      Le long terme : ce qui existe déjà à travers des rencontres régulières lors de séminaires, rencontres et conférences et aussi à travers des thèmes comme l’écologie, l’anti-nucléaire ou les changements climatiques.

2)      Le court terme : par la proposition de travailler ensemble pour les européennes, proposition que le NPA a débattu avec l’ensemble de la gauche à gauche du PS.

La discussion a permis de mettre en évidence quelques convergences de fond entre le NPA d’un côté, le MOC et le PPLD de l’autre, dans la volonté forte de construire une nouvelle société anticapitaliste et antiproductiviste ainsi que dans les luttes anti-nucléaires et environnementales.

Un certain nombre de divergences sont néanmoins apparues.  En particulier, avec des approches différentes sur les questions de la simplicité volontaire, de la place du travail dans la société et la notion de développementisme.  La divergence la plus importante concerne la méthode et la stratégie : le NPA étant sur un positionnement consistant à faire des propositions de transition qui partent des situations concrètes vécues par la population et les salariés pour travailler à un projet de société alternatif au capitalisme. Alors que de leur côté, le MOC et le PPLD sont beaucoup plus sur une approche de révolution culturelle associée à l’élaboration d’un nouveau projet de société.

Si des divergences nous séparent, le débat a permis aussi de lever un certain nombre d’ambiguïtés et de constater des accords sur certaines questions. Nos trois organisations partagent l’idée qu’il est nécessaire que se développe un pôle d’écologie radicale face à l’écologie gouvernementale, ou celle d’accompagnement incarnée par les Verts. Et elles partagent l’idée qu’un tel pôle puisse de retrouver dans diverses organisations.

Nous envisageons de poursuivre nos échanges et nos débats, dans un premier temps autour de la question européenne, même si dans un délai si court, il est peu vraisemblable de trouver un accord pour permettre de partir ensemble, en élaborant des propositions communes.

Le NPA, le MOC et le PPLD se sont mis d’accord pour travailler ensemble sur le fond et sur le long terme. Le MOC et le PPLD enverront prochainement leur plate-forme commune au NPA afin de mieux estimer les points de convergences et de divergence.

 

 

V Contribution campagne climat

2009 : Année cruciale pour les négociations sur les changements climatiques, Année cruciale pour les mobilisations.

Sans revenir en détail sur les évolutions des négociations climat, rappelons juste que le sommet de Copenhague de décembre 2009 doit acter le cadre international de l’accord qui doit prolonger le protocole de Kyoto. Ces négociations sont cruciales et les premières indications qu’on peut avoir sur ce futur cadre laissent présager des attaques contre les populations les plus pauvres, tant au Nord qu’au Sud, les pays du Sud étant sommés de prendre en charge une grosse partie des réductions de gaz à effet de serre. Par ailleurs ce cadre risque d’avantage d’ouvrir la voie aux mécanismes marchands qui ont montré jusqu’ici leur faiblesse et leur nocivité. Il existe par ailleurs un enjeu européen dans la mesure où l’UE se présente comme la championne de la lutte contre les dérèglements alors que ses objectifs sont loin de ceux défendus comme le minimum nécessaire par les scientifiques. L’autre question, qui reste encore dans le flou sera la position de l’administration Obama.

Il y a donc urgence à ce que soient lancées des mobilisations massives afin de mettre en lumière l’impasse des solutions libérales et tenter d’influer sur le cours de ces négociations.

Le NPA doit non seulement prendre toute sa place dans ces mobilisations mais, notamment au vu des faiblesses sur la question en France, en devenir un des moteurs.

Pour le moment il n’existe pas de cadre unique pour rassembler diverses initiatives, et ce doit être une tâche du NPA d’être présents dans les différents lieux où peuvent naitre de telles initiatives.

A cette date nous pouvons rassembler différentes informations :

-au niveau Danois : émerge la volonté d’organiser un contre sommet. Un collectif d’organisations s’est mis récemment en place. Il n’y a pas encore de projet ferme d’une manifestation sur place, mais on peut penser que cela devrait être organisé.

-au niveau européen. Un réseau d’organisations militantes s’est mis en place depuis quelques mois à l’initiative des camarades britanniques de la Campain against climate change. Il a été évoqué de faire un train européen qui partirait de la France pour se rendre à la manif de Copenhague, ce qui tendrait à privilégier une initiative européenne unique, alors que certaines organisations ou coalitions prévoient déjà des manifs dans leurs pays respectifs. A voir donc comment cela évolue.

-en France, pour le moment, au-delà des initiatives des organisations environnementalistes, 2 cadres existent :

-Le collectif unitaire « urgence climatique » dont les initiatives en 2008 n’ont pas été couronnées de succès mais qui a le mérite de regrouper des organisations diverses (dont le NPA), pas seulement, et qui a la volonté d’intégrer la question sociale aux mobilisations éventuelles. Depuis décembre, le collectif s’est peu réuni mais une prochaine réunion le 16 mars doit permettre de débattre des activités pour 2009.

-Le camp climat, prévu du 3 au 9 août, près de Nantes, sur le site du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes.  Initialement lancé par des militants anarchistes, l’organisation du camp est en train de s’élargir et s’est créée une coordination qui propose d’accueillir celles et ceux qui souhaitent participer à cette rencontre, lutter contre le projet de l’aéroport et préparer Copenhague 2009. Malgré les dates (au milieu de l’été), il semble nécessaire et urgent que les collectifs NPA participent rapidement à cette coordination et l’organisation de ce camp.

Au-delà de ces deux initiatives, qui ne sont pas encore suffisamment puissantes pour impulser une large dynamique nationale, nous avons besoin que les collectifs NPA prennent localement des contacts avec les forces intéressées, qu’elles soient environnementalistes, altermondialistes, politiques, syndicales…, afin de préparer la fin de l’année.

Parallèlement, le NPA se doit d’être plus visible et plus précis en matière d’élaboration sur les changements climatiques. On pourrait envisager un matériel spécifique sur le climat précisant sur quelles bases des politiques alternatives face aux changements climatiques devraient se mettre en place. Mais il faut aussi que cette question devienne transversale dans nos interventions, et en particulier dans nos réponses face à la crise économique.

Enfin, à l’interne, il nous faut multiplier les débats et les séances de formation sur ces questions.

Si la tâche de la commission écologie est de travailler à ces élaborations, c’est à l’ensemble des militants du NPA de travailler à ses mobilisations et de populariser nos réponses.

Vincent (93)

Publié dans Commission écologie

Commenter cet article